Poster électronique

Ma.103 - Monoarthrite récidivante chronique révélant une arthrite infectieuse à Mycobacterium xenopi
S Trijau (1); V Khanine (1); M Borodaty (1); V Dubee (1); N Desplaces (1); JM Ziza (1); - (1) Paris - France;
21ème Congrès
Poster
4
2 votes.
Vu 68 fois.
Résumé
Introduction

Une monoarthrite récidivante en apparence stérile peut évoquer un rhumatisme inflammatoire chronique inclassé débutant en justifiant des traitements immunosuppresseurs locaux (infiltrations) et plus rarement généraux. Il faut cependant garder à l'esprit la possibilité d'une infection secondaire à un germe de croissance lente, en particulier une Mycobactérie tuberculeuse ou atypique. Nous rapportons un cas de monoarthrite chronique ayant évolué pendant 5 ans avant que le diagnostic d'infection à Mycobacterium xenopi ne soit retenu.

Cas Clinique

Un homme de 24 ans sans antécédent est suivi pour une monoarthrite récidivante du genou gauche, caractérisée par des poussées douloureuses associées à un épanchement inflammatoire depuis 2003 à la suite d'un traumatisme. L'interrogatoire et l'examen clinique ne retrouvent pas de signe en faveur d'un rhumatisme inflammatoire débutant .Les ponctions articulaires ramènent un liquide inflammatoire (entre 10000 et 17000 éléments/mm3), à prédominance de polynucléaires neutrophiles, sans microcristaux. Les cultures sont stériles. Une arthroscopie réalisée en 2005 est considérée comme normale. Lors d'une hospitalisation en 2006, une culture du liquide articulaire positive à Mycobacterium xenopi est considérée comme une souillure malgré l'existence d'un granulome épithélioïde sans nécrose caséeuse à l'examen histologique de la synoviale dont la culture est paradoxalement stérile. En raison d'une récidive des poussées inflammatoires avec un liquide articulaire toujours stérile à plusieurs reprises, le patient reçoit une infiltration de corticoides et des anti inflammatoires non stéroïdiens en 2007. L'amélioration est transitoire. Une nouvelle ponction en consultation avant une seconde infiltration de corticoïdes est positive pour la seconde fois pour Mycobacterium xenopi. Le diagnostic d'arthrite chronique à mycobacterium xenopi est retenu. Un traitement associant clarythromicine, ethambutol, rifampicine et ciflox est débuté.
La reprise de l'interrogatoire retrouve une plaie du genou dans une piscine pendant l'enfance suivie d'un aspect inflammatoire de l'articulation nécessitant une antibiothérapie.

Discussion

L'arthrite périphérique à Mycobacterium xenopi est exceptionelle. Ue dizaine de cas sont rapportés en France au cours des 15 dernières années. La culture de M. Xenopi est longue et difficile. Elle doit être évoquée devant une monoarthite isolée chronique. L'interrogatoire doit rechercher une porte d'entrée (geste invasif articulaire, ou plaie en contact d'une source d'eau chaude parfois très anciens comme dans notre observation ). Le délai diagnostic est long. Les prélèvements du liquide doivent être répétés dans les monoarthrites chroniques associés à un examen histologique synovial pour permettre de différencier une souillure d'une infection. L'amélioration transitoire par les corticoïdes peut être trompeuse.

Conclusion

Toute monoarthrite chronique doit faire envisager une arthrite à Mycobactérie, (M. Xenopi) , avant de conclure à une arthrite inflammatoire. En cas d'histologie synoviale écocatrice l'isolement de M.xenopi a une valeur diagnostique.

remonter
45
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM