Poster électronique

Lu.145 - Complications des infiltrations intra-articulaires sous anticoagulants (antivitamine K) : étude prospective
C Dufauret-Lombard (1); P Vergne-Salle (1); A Simon (1); C Bonnet (1); M Duclos (1); R Trèves (1); P Bertin (1); - (1) Limoges - France;
22ème Congrès
Poster
4
2 votes.
Vu 79 fois.
Résumé
Objectif

Identifier les complications des infiltrations réalisées chez des patients traités par antivitamine K (AVK).

Patients et Méthodes

Etude observationnelle et prospective réalisée auprès de rhumatologues hospitaliers et libéraux avec recueil de données sur le patient (dernier INR, geste local réalisé), sur les éventuelles précautions prises lors du geste puis notification des complications immédiates et à soixante-douze heures (le patient recontacte son rhumatologue ou envoie le formulaire en notant les complications).

Résultats

33 infiltrations ont été réalisées chez 26 patients sous AVK sur une période de 4 mois.
22 patients étaient sous fluindione, 50% pour fibrillation auriculaire.
Le dosage INR était demandé chez 25 patients, avec une moyenne du taux de 2,43. Il était supérieur à 3 dans 4 cas.
Les localisations étaient : genoux (26), doigts (4), épaules (1), chevilles (1), hanches (1). Les rhumatologues ont pris des précautions particulières après 14 infiltrations : compression (9), glaçage (4), réduction de dose d'AVK pour un patient avec INR à 3,7.
Les complications immédiates sont 3 saignements minimes dont 2 avec un INR>3.
Les complications retardées à 72 heures sont 3 hématomes superficiels < 1 cm (un patient avait un INR >3, et un avait eu un saignement minime au décours du geste local).
Aucune complication n'a entrainé de douleur ou handicap ; aucune prise en charge particulière n'a été proposée.

Discussion

Très peu d'études identifient les risques et les complications liées aux infiltrations intra-articulaires sous anticoagulants. Par contre, l'arrêt des AVK peut entrainer des complications thromboemboliques ou cardiovasculaires. Notre étude prospective confirme celle réalisée par Thumboo et al en 1998, à savoir un faible risque hémorragique (moins de 10% d'hématome) et l'absence de complications sévères.
Des recommandations avec avis d'experts seraient nécessaires pour uniformiser nos pratiques.

Conclusion

Notre étude observationnelle sur 33 infiltrations sous AVK montre un faible risque hémorragique (<10%) avec uniquement des hématomes minimes et l'absence de complications graves.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM