Poster électronique

Ma.88 - Renouvellement des biothérapies anti-TNF sous cutanées en rhumatologie en pratique libérale
Maravic (1); F Morand (2); E Martin (2); A Sitbon (2); - (1) Paris - France; (2) Boulogne Billancourt - France;
22ème Congrès
Poster
1
1 votes.
Vu 70 fois.
Résumé
Objectif

L'adalimumab et l'étanercept sont des biothérapies à prescription hospitalière initiale avec possibilité de renouvellement d'un an au maximum en rhumatologie libérale. Elles sont essentiellement dispensées en officine après une prescription par les rhumatologues en cabinet ou en consultation hospitalière. L'objectif est de décrire le maintien de leur renouvellement en pratique libérale dans trois indications rhumatologiques : polyarthrite rhumatoïde (PR), spondylarthropathie (SA), rhumatisme psoriasique (RP).

Patients et Méthodes

Il s'agit d'une étude observationnelle rétrospective multicentrique réalisée en France métropolitaine à partir des données collectées en routine auprès de 100 rhumatologues libéraux de l'observatoire épidémiologique permanent Thalès, représentatifs des 1749 rhumatologues libéraux. Les patients inclus sont âgés ≥ 18 ans, traités au moins une fois entre janvier 2007 et juin 2008 dans les indications précitées et suivis régulièrement par le même rhumatologue (au moins une fois dans l'année étudiée). Une courbe de survie de type Kaplan-Meier a été utilisée pour étudier le maintien du renouvellement (inclusion : janvier 2007-juin 2008, date de point : 31 octobre 2008, critère d'arrêt : arrêt du renouvellement de la biothérapie définie par une période d'au moins 120 jours). Le Medication Possession Ratio (MPR) a été utilisé pour pour décrire la couverture de ce renouvellement (rapport de la durée de couverture théorique d'une prescription de renouvellement sur la durée totale depuis la première prescription dans la période considérée). Le seuil de 60% a été choisi, au delà de celui-ci les patients seront considérés comme ayant une bonne couverture.

Résultats

Il y a eu 413 patients inclus (67% de femmes, âge moyen 53 ± 14 ans) traités par biothérapie (65% par étanercept, 35% par adalimumab), seule (33%) ou en association avec un traitement de fond (67%), dans l'une des trois indications rhumatologues retenues (61% PR, 27% SA, 12% RP) par des rhumatologues libéraux (66% d'activité libérale exclusive, 34% d'exercice mixte). A un an, 57% des patients étaient toujours sous renouvellement de leur biothérapie prescrite par leur rhumatologue libéral. La médiane du maintien du renouvellement est de 18 mois. Le MPR moyen est de 79% (±25%, médiane à 90 [5-100] ). 79% des patients (326) ont un MPR supérieur au seuil des 60%. Qu'il s'agisse de l'étude du maintien du renouvellement du traitement selon la méthode de Kaplan Meier ou du calcul du MPR, il n'y a pas été retrouvé de différence significative des résultats selon la typologie de l'exercice, le type de biothérapie et la pathologie. Les traitements ont été prescrits dans le respect des posologies de l'AMM.

Discussion

Qu'il s'agisse de l'étude du maintien du renouvellement de la prescription ou de sa couverture à partir d'ordonnances rédigées par le même rhumatologue, la majorité des patients continuent de bénéficier de cette thérapeutique.

Conclusion

La prise en charge des rhumatismes inflammatoires par une biothérapie sous cutanée est une réalité en pratique libérale. A l'aube de la mise en place des agences régionales de santé, ces données de pratiques sont importantes dans la pertinence des relations ville-hôpital pour la prise en charge de ces affections.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM