Poster électronique

Me.04 - Co-morbidités, perte osseuse et utilisation des médicaments concomitants chez les femmes ménopausées européennes: POSSIBLE EU®
C Roux (1); N Freemantle (2); C Cooper (3); A Diez-Pérez (4); F Guillemin (5); B Jonsson (6); S Ortolani (7); J Pfeilschifter (8); S Shepherd (9); A Marciniak (9); L Martinez (10); - (1) Paris - France; (2) West Midlands - Grande-Bretagne; (3) Southampton - Grande-Bretagne; (4) Barcelona - Espagne; (5) Nancy - France; (6) Stockholm - Suède; (7) Milano - Italie; (8) Essen - Allemagne; (9) Cambridge,Ma - Grande-Bretagne; (10) Issy les Moulineaux - France;
22ème Congrès
Poster
4
1 votes.
Vu 52 fois.
Résumé
Introduction

POSSIBLE EU est une étude observationnelle prospective en cours, évaluant les caractéristiques et la prise en charge des femmes ménopausées européennes (N = 3403) recevant des traitements contre l'ostéoporose dans l'Union Européenne (France, Allemagne, Italie, Espagne et le Royaume-Uni). Cette analyse intermédiaire décrit l'utilisation des bisphosphonates telle que rapportée par le médecin, l'utilisation des médicaments concomitants et les co-morbidités présentes à la sélection dans cette population.

Patients et Méthodes

Les patientes ont été recrutées au cours d'une visite de routine chez leurs médecins généralistes. Elles ont été incluses dans l'une des trois cohortes thérapeutiques suivantes :
- patientes débutant un traitement contre l'ostéoporose : absence de traitement dans les 12 mois précédent l'inclusion (52,5%),
- patientes déjà sous traitement contre l'ostéoporose depuis au mois 12 mois (30,6%),
- patientes modifiant ou « switchant » leur traitement (qu'elles avaient déjà reçu durant les 12 mois précédent l'inclusion) contre l'ostéoporose vers un autre traitement au moment de l'inclusion (16,9%).

Résultats

Dans cette analyse intermédiaire, les traitements anti-ostéoporotiques sont analysés pour 3100 patientes (n'incluant pas le calcium, la vitamine D et le THM). La plupart des patientes (n = 2612, 84,3%) recevait des bisphosphonates : alendronate (n = 1506, 48.6%), risédronate (n = 567, 18.3%) ou ibandronate (n = 416, 13.4%).
Les co-morbidités les plus fréquemment observées sont l'hypertension artérielle, des rachialgies, une dyslipidémie, de l'arthrose, des troubles digestifs hauts (reflux gastro-œsophagien, dyspepsie) et de la dépression. Les patientes ayant changé leurs traitements anti-ostéoporotiques avaient plus fréquemment des troubles digestifs hauts (26.9%) que les 2 autres cohortes combinées (15,9%).
15,8 %, 15,6 %, 13,9 %, 11,1 % et 31,1% des patientes recevaient respectivement 1, 2, 3, 4 ou ≥5 médicaments concomitants (12,4% avaient des données manquantes ou inconnues). En dehors de la supplémentation calcique, les médicaments les plus fréquemment utilisés étaient l'aspirine, la simvastatine et l'oméprazole (9,6%, 9,8% et 9,2% dans la population totale respectivement). Les patientes ayant changé leurs traitements anti-ostéoporotiques avaient la proportion la plus élevée de médicaments concomitants (14,2 %, 13,2 % et 13,9%, respectivement).

Conclusion

Ces résultats devraient être pris en compte pour améliorer l'observance des traitements et la prise en charge de ces patientes. Dans cette population européenne de femmes recevant des traitements anti-ostéoporotiques, l'utilisation des médicaments concomitants et la présence des co-morbidités sont fréquentes.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM