Poster électronique

Lu.128 - Spondyloplastie par ballonnets. Étude monocentrique rétrospective
D Wendling (1); D Stirmann (1); J Godard (1); M Runge (1); - (1) Besançon - France;
22ème Congrès
Poster
3,5
2 votes.
Vu 47 fois.
Résumé
Introduction

La sondyloplastie à ballonnets, ou cyphoplastie, représente une possibilité thérapeutique originale des fractures tassements vertébrales. Elle associe la cimentoplastie et la ré expansion somatique vertébrale. L'objectif de ce travail est d'évaluer les résultats de cet acte technique sur l'ensemble des patients traités dans notre centre.

Patients et Méthodes

Etude rétrospective incluant l'ensemble des patients traités par spondyloplastie, toute pathologie confondue, entre 01/05 et 12/08. Ont été pris en compte : l'âge, le type de pathologie, l'ancienneté de la fracture, le niveau traité, l'efficacité par l'évaluation fonctionnelle (statut ambulatoire), la restauration de la hauteur vertébrale (rapporté à la hauteur théorique) et la correction de l'angle de cyphose vertébrale (sur les Rx de profil) ; la durée du suivi, les complications éventuelles.

Résultats

90 patients ont été traités. L'âge moyen est de 66 ans (extrêmes 16-94), le sex ratio est de 1. L'étiologie de la fracture est traumatique (26%), ostéoporotique (53%), néoplasique (18%), angiome (3%). L'ancienneté de la fracture est inférieur ou égal à 6 mois dans 57% des cas. 105 niveaux sont traités, de T4 à S1, dont 65 de T12 à L2. 12 patients sont traités sur 2 ou 3 niveaux. Le délai médian d'hospitalisation est de 2 j. Le suivi clinique médian est d'un an (perdus de vue : 9%). 85% rentrent directement à domicile. 30 patients sur 34 (88%) passent du statut d'alité strict à autonome. Le gain de hauteur vertébrale est de 15% pour l'ensemble des vertèbres traitées, avec une réduction de cyphose de 4° (0-23). Une extravasation de ciment est observée à 20% des niveaux, en majorité intra discale. 11 cas de nouvelle fracture vertébrale, dont 2 seulement adjacente à la spondyloplastie, sont recensées dans le suivi. Il a été observé 2 cas de spondylite aseptique adjacente à la vertèbre traitée, et 2% de rupture de ballonnet. En fonction des groupes étiologiques, les résultats morphologiques sont les meilleurs en cas de fracture traumatique (gain de hauteur + 26%) et les plus faibles dans les cas d'angiome (+ 6%). Il n'y a pas eu de décès imputable au geste.

Conclusion

Malgré les limites liées à son caractère rétrospectif, cette étude sur 90 patients, montre un effet bénéfique de la spondyloplastie à ballonnets sur le plan morphologique et fonctionnel dans les différentes pathologies à l'origine de fractures vertébrales. Ce geste est bien toléré.

remonter
44
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM