Poster électronique

Lu.148 - L'anakinra peut (encore) être utile dans le traitement des rhumatismes inflammatoires : à propos de 22 cas
O Brocq (1); C Albert (2); C Grisot (2); P Flory (2); V Breuil (2); L Euller Ziegler (2); - (1) Monaco - Monaco; (2) Nice - France;
22ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 58 fois.
Résumé
Objectif

L'anakinra n'est pas aussi efficace que les anti TNF ou les autres biothérapies dans la prise en charge des rhumatismes inflammatoires tels que la polyarthrite rhumatoïde (PR) ou la spondylarthrite ankylosante (SPA). A t-il encore une place dans la prise en charge de ces patients ?

Patients et Méthodes

Dans cette étude rétrospective, monocentrique, tous les patients étaient des PR (critères ACR) ou des SPA (critères New-York modifiés) en échec à au moins un traitement de fond type methotrexate et / ou à au moins un anti TNF ou ayant une contre-indication à l'utilisation des anti TNF. Les patients étaient traités par anakinra (1 injection SC/ j). Le suivi des patients comprenait la tolérance et la réponse thérapeutique selon les critères EULAR pour les PR et ASAS pour les SPA.

Résultats

Les patients sous biothérapies étaient répartis de la façon suivante : 240 PR dont 185 sous anti TNF, 6 sous abatacept, 30 sous rituximab, 3 sous tocilizumab et 16 sous anakinra) et 140 SPA dont 134 sous anti TNF et 6 sous anakinra). 25 patients étaient traités par anakinra dont 2 maladies de still et 1 chondrocalcinose articulaire, 22 étaient analysés. 16 PR (13 F + 3H) d'âge moyen 69 ans, avaient une durée de maladie de 16 ans en moyenne. 8 patients étaient en échec d'au moins une biothérapie (1-5), 8 autres en échec à au moins un DMARD. La raison du choix était dans 7 cas des épisodes infectieux récurrents, dans 4 cas des antécédents d'affection cardio pulmonaire contre-indiquant l'utilisation des anti TNF. L'anakinra était prescrit en monothérapie une fois et en association avec un DMARD (methotrexate ou leflunomide) dans 15 cas. Le recul moyen sous anakinra était de 11 mois (4 - 24). Nous avons constaté 4 non répondeurs, 3 réponses partielles 7 répondeurs et 1 intolérance. 1 patiente est décédée d'une insuffisance respiratoire sévère ancienne. 6 SPA (2 F + 4H), d'âge moyen 47 ans, avaient une durée moyenne de maladie de 10 ans. 3 patients étaient en échec d'au moins une biothérapie (1 - 2), les 3 autres avaient un antécédent de cancer, d'insuffisance cardiaque sévère, et d'infection. Nous avons observé 3 non répondeurs, 2 répondeurs et une intolérance avec un recul moyen de 8 mois (4 - 20).

Conclusion

l'anakinra est une option possible en cas d'échec ou contre- indication aux autres biothérapies, en particuliers aux anti TNF. Dans cette série rétrospective, 12 patients sur 22 avaient répondu à l'anakinra.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM