Poster électronique

Ma.100 - Le polymorphisme 25 TGF-bêta comme facteur prédictif de bonne réponse au rituximab dans la polyarthrite rhumatoïde
C Daien (1); S Fabre (1); S Soler (1); C Rittore (1); N Dossat (1); I Touitou (1); C Jorgensen (1); - (1) Montpellier - France;
22ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 44 fois.
Résumé
Introduction

La réponse individuelle aux biothérapies dans le traitement des polyarthrites rhumatoïdes (PR) sévères reste imprévisible en pratique clinique courante. Il n'existe actuellement pas de bon marqueur prédicif de réponse clinique aux anti-CD20 (rituximab). L'objectif de cette étude de rechercher l'existence d'une association entre plusieurs polymorphismes génétiques et la réponse au rituximab chez les patients atteints de PR sévères.

Matériels et Méthodes

45 patients atteints de PR ont été inclus et leur réponse clinique dans les 6 mois suivant un traitement par rituximab (1g en intra-veineuse à J0 et J15) a été déterminée en fonction des critères European League Against Rheumatism (EULAR). Douze polymorphismes génétiques ou single-nucleotide polymorphisms (SNPs) ont été analysés chez ces patients : interleukine (IL) 10 (-1087 IL10), lymphotoxine A (LTA) (249-LTA and 720-LTA), transforming growth factor (TGF) beta1 (codon 25 TGFB1), tumor necrosis factor alpha (TNFA) (-308 TNFA, -488 TNFA and -857 TNFA), récepteur au TNF de type II (-196 TNFRII), -C5 TRAF1 (receptor-associated factor 1), STAT4 (signal transducer and activator of transcription 4), TNFAIP3 (TNFA -induced protein 3) et PTPN22 (protein tyrosine phosphatase non-receptor type 22). Un test de Fisher a été réalisé pour analyser l'impact de chaque SNP sur la réponse au traitement.

Résultats

Quinze patients étaient classés comme forts répondeurs, 15 patients comme répondeurs modérés et 15 comme non-répondeurs. Les trois groupes étaient comparables en terme de genre, de durée d'évolution de la PR, de positivité du facteur rhumatoïde et des anticorps anti-CCP, du caractère erosive de la PR et du nombre de biothérapies antérieures. Le DAS28 initial était légèrement plus élevé dans le groupe des répondeurs modérés (DAS28 à 5,6 contre 5,0 chez les forts répondeurs et 5,1 chez les non-répondeurs). Le SNP -25 G/C TGFb SNP était associé avec une forte réponse au rituximab [ (p = 0.017, OR = 8,78 (1,29-104) ]. Cette association n'était plus significative après correction de Bonferroni.

Conclusion

Le SNP 25 G/C TGFb pourrait être associé avec une forte réponse au rituximab chez les patients atteints de PR et donc être utilisé comme marqueur prédictif de réponse au traitement. Néanmoins, ce ne sont que des résultats préliminaires qui doivent être confirmés sur un plus grand nombre de patients avec des analyses multivariés.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM