Poster électronique

Ma.103 - Survenue de maladies inflammatoires digestives sous traitement par étanercept : à propos de 7 cas pédiatriques
A Dallocchio (1); D Canioni (2); F Ruemmele (2); A Duquesne (3); J Languepin (4); JY Scoazec (3); R Bouvier (3); J Jacques (4); P Quartier (2); B Bader-Meunier (2); - (1) Toulouse - France; (2) Paris - France; (3) Lyon - France; (4) Limoges - France;
22ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 52 fois.
Résumé
Introduction

L'efficacité des thérapies inhibitrices du TNF α dans le contrôle de pathologies rhumatismales mais également de certaines maladies inflammatoires digestives, a été démontrée. Néanmoins, il a été décrit dans la littérature des cas d'inflammation digestive secondaires à ces traitements. Nous rapportons l'expérience pédiatrique française de sept cas de maladies inflammatoires digestives survenues sous un traitement par etanercept.

Patients et Méthodes

Etude multicentrique rétrospective auprès de tous les services de rhumatologie et gastroentérologie pédiatriques français. Les patients inclus étaient traités par etanercept pour une arthrite juvénile idiopathique (AJI) et ont développé une maladie inflammatoire chronique intestinale (MICI) sous ce traitement. Une relecture histologique centralisée de toutes les biopsies digestives a été secondairement effectuée.

Résultats

Sept patients, sans antécédents personnels digestifs connus ont été rétrospectivement inclus dans cette étude. Les diagnostics comportaient un diagnostic d'inflammation aspécifique (n = 3 cas), et un diagnostic de maladie de Crohn (n = 4 cas). Une pancolite sévère a été notée chez 4 patients. Les signes digestifs sont apparus entre 0.5 et 78 mois après l'introduction de l'etanercept et comportaient : douleurs abdominales (n = 7), diarrhée (n = 5), anorexie (n = 5), abcès anal (n = 2), ulcères buccaux (n = 1) et fébricule (n = 1). Une rémission clinique a été constatée chez tous les patients après arrêt de l'etanercept et mise en place d'un traitement spécifique de l'inflammation digestive, incluant un traitement par infliximab chez 5 patients. Une rechute a été constatée chez l'un des patients, un mois après une tentative de réintroduction du traitement par etanercept.

Conclusion

L'etanercept pourrait favoriser la survenue d'une Maladie inflammatoire chronique intestinale. Le diagnostic de MICI doit donc être évoqué devant l'apparition de signes digestifs chez un patient traité pour AJI par etanercept.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM