Poster électronique

Lu.134 - Étude des aspects cliniques, thérapeutiques et évolutifs des patients ayant un canal lombaire étroit
H Ben Fredj (1); N Karaa (1); H Zeglaoui (1); S Belghali (1); K Bel Haj Slama (1); I Ben Smida (1); J Abdelmajid (1); B Khalfallah (1); E Bouajina (2); - (1) Sousse - Tunisie; (2) Sousse - France;
22ème Congrès
Poster
3,5
2 votes.
Vu 61 fois.
Résumé
Introduction

Le canal lombaire étroit (CLE) une entité anatomoclinique associant un rétrécissement du canal rachidien lombaire à des signes de souffrance radiculaire des membres inférieurs. Nous essayons de rapporter les différents aspects cliniques, radiologiques et l'effet du traitement conservateur.

Patients et Méthodes

Il s'agit d'une étude rétrospective portant sur 130 dossiers de malades hospitalisés pour CLE sur une période allant de 1998 à 2009.

Résultats

Nos patients sont repartis en 90 femmes et 40 hommes âgés en moyenne de 61.27 ans
(Extrême : 25-87 ans). Des antécédents de lombalgies chroniques ont étés retrouvés dans 21 cas. Les lombalgies et les radiculalgies ont été notées respectivement dans 89.2% et dans 97.7%. Une claudication radiculaire intermittente était notée dans 101 cas (77.7%). Des signes d'irritations sensitives ont été retrouvés dans 81 cas et une impotence fonctionnelle dans 17 cas. Une attitude antalgique, un trouble de la statique rachidienne, une raideur du rachis et une douleur à l'hyperextension du rachis ont été noté respectivement dans 18.5%, 38.5%, 39.5% et 33.8% des cas. Un déficit neurologique à été retrouvé dans 31.5% des cas et des troubles vesicophinctériens dans 6.2% des cas.
Les radiologies standards étaient effectuées chez 118 patients, ils ont montré des signes de discopathie dégénérative (85 cas), d'arthrose inter apophysaire postérieur (40 cas), de lyse isthmique avec spondylolisthésis (36 cas) et des signes d'étroitesse canalaire (68 cas).
Le scanner lombaire a était pratiqué chez 46 patients et une IRM chez 46 patients.
Pour la prise en charge thérapeutique 125 patients ont étaient traiter par des antalgiques, 95 patients ont eu des AINS. Une corticothérapie générale de courte durée a était employée chez 65 patients et 109 patients soit 83.8% ont bénéficié d'infiltration locale de corticoïdes.
L'évolution sous traitement médical était favorable dans 65.4% des cas et un traitement chirurgical était indiqué dans 13.8% des cas.

Conclusion

Le CLE survient avec prédilection chez la femme de la soixantaine, réalisant un tableau de lombo radiculalgie avec claudication radiculaire limitant le périmètre de la marche. Le traitement médical donne souvent un résultat satisfaisant.

remonter
44
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM