Poster électronique

Lu.154 - Efficacité du pamidronate (Arédia®) dans le traitement de l’ostéonécrose aseptique : étude prospective
H Ben Fredj (1); K Baccouche (1); H Zeglaoui (1); N Karaa (1); K Hadj Slama (1); A Jamel (1); H Ben Abdessalem (1); E Bouajina (1); - (1) Sousse - Tunisie;
22ème Congrès
Poster
3
1 votes.
Vu 53 fois.
Résumé
Objectif

Etudier l'efficacité de La Pamidronate dans le traitement de l'ostéonécrose aseptique (ONA) à des différents stades radiologiques.

Patients et Méthodes

Cinq patients avec ONA sont inclus dans l'étude et ont reçu de la Pamidronate 45 mg/mois (4cas) et 60 mg/mois (1cas). Les paramètres étudiés, pour chaque patient, sont le périmètre de marche (PM), l'indice fonctionnel de lequesne (IL), la douleur évaluée par l'échelle visuelle analogique (EVA), la radiographie standard et l'IRM.

Résultats

Notre étude comporte 2 hommes et 3 femmes dont l'âge moyen est de 34 ans (25-51 ans). La durée moyenne d'évolution est de 15,6 mois (3-60 mois). Il s'agit d'une ONA de la tête fémorale dans tous les cas, bilatérale dans la moitié des cas et est associée à une atteinte multifocale (épaules, plateaux tibiaux, condyles fémoraux, tarses) dans 2 cas. La moyenne de stade radiologique est : stade B de Mitchell. Deux patients avec ONA sont suivis durant 6 mois et les trois autres durant plus que deux ans (en moyenne 30 mois). Une nette amélioration de la douleur (diminution de l'EVA de 40%), de PM (augmentation de 200m) et de l'IL (passant en moyenne de 11 à 5) sont observées, chez 3 patients (stade ≤B de Mitchell), après un minimum de recul de 6 mois. Dans les 2 autres cas (stade C radiologique), aucune amélioration clinique n'est notée après le même délai. Un contrôle radiologique (radiographie standard, scintigraphie osseuse et IRM), 6 mois en moyenne après le début de traitement, réalisé chez tous les patients, trouve une régression complète des lésions dans 3 cas (stade ≤B de Mitchell), une stabilisation des lésions dans 1 cas (stade C de Mitchell) et une aggravation dans 1 seul cas (stade C de Mitchell). Le traitement est bien toléré dans tous les cas.

Conclusion

le traitement par Pamidronate réduit la douleur, améliore la fonction et retarde la progression de l'ONA si débuté à un stade précoce de la maladie. De même, il pourrait retarder ou même éviter des interventions chirurgicales chez la majorité de patients.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM