Poster électronique

Me.11 - Prévalence et facteurs de risque des lésions gastroduodénales secondaires à la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) au long cours
EH Ali (1); C Dahou(1), F Hanni(1) ,F Mechid (1),H Si Ahmed(1) , A,Salah(2) M, Nakmouche(2) ,A,Abbas(1), S Abtroun-Benmadi(1)Service de Rhumatologie , (2) Service de Gastro-Entérologie - (1) Alger - Algerie;
22ème Congrès
Poster
4,5
2 votes.
Vu 68 fois.
Résumé
Objectif

Déterminer la prévalence des lésions ulcéreuses chez les malades sous AINS au long cours, et identifier les facteurs de risque de toxicités liées au malade et au médicament.

Patients et Méthodes

Etudes transversale à visée analytique concernant une population adulte soumise à un traitement anti inflammatoire non stéroidien au long cours pour pathologie rhumatismale chronique.
Les patients ont été recrutés en consultation de rhumatologie CHU Mohamed Lamine Debaghine Bab El Oued (Alger), pendant la période allant de juin 2007 à décembre 2008. Tous les patients ont bénéficié d'une évaluation clinique et endoscopique.
Les facteurs de risque de toxicité aux AINS étudiés sont : l'age, le sexe, le terrain, les antécédents de maladie ulcéreuse, la nature de l'AINS, le type de pathologie rhumatismale, la prise d'un médicament gastrotoxique associé, la présence de symptomes dyspepsiques, et l'helicobacter pylori.

Résultats

113 patients ont été retenus dans ce travail ; l'age moyen est de 56,84 ans +_13,73 (extrémes : 21- 85 ans) avec un sexe ratio de 0.4. Les AINS prescrits sont essentiellement le diclofénac (31.85 %), le Célécoxib (28.31%) et le Kétoproféne (25.66%).
Les lésions ulcéreuses gastroduodénales ont été observée chez prés de la moitié de nos patients
(49.5%) essntiellement à type de lésions aigues avec ou sans stigmates d'hémorragie (57.1%) . Parmi les facteurs de risque étudiés, seuls le sexe masculin (OR : 2.51 p = 0.05), la posologie d'AINS classiques (OR : 2.96,p = 0.05) ont été identifiés comme étant fortement associés à la survenue de lésions ulcéreuses gastroduodénales.

Conclusion

La toxicité gastroduodénales des AINS est nettement établie (49.5 %) en particulier chez les hommes prenant de fortes doses d'AINS classiques. La présence de symptomes dyspepsiques doit inciter chez ces patients à la pratique d'une endoscopie digestive.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM