Poster électronique

Ma.128 - La fracture de contrainte du col de fémur sur coxa vara : à propos de 6 cas
MK Benhamida (1); M Ouertatani (1); I Zaalouni (1); H Nouri (1); MK Benhamida (2); H Meherzi (2); M Mestiri (2); - (1) Tunis - Tunisie; (2) Manouba - Tunisie;
22ème Congrès
Poster
3
1 votes.
Vu 87 fois.
Résumé
Introduction

Les fractures de contrainte sont rares et qui peuvent toucher tous les os des membres portants. Au niveau du col de fémur, La présence d'une coxa vara accroît le risque de fracture de contrainte, dans ce cadre nous présentons une série de 6 cas et discuter les difficultés diagnostiques et thérapeutiques.

Matériels et Méthodes

Notre série comporte 5 femmes et 1 homme.

Résultats

L'âge moyen était de 54 ans. Dans quatre cas, il s'agit de sujets âgés ostéoporotiques dont un ayant une ostéomalacie et 2 cas de sujets jeunes dont un ayant une insuffisance rénale chronique secondaire. La scintigraphie a était faite dans trois cas et l'IRM dans deux cas. Le traitement conservateur était fait dans cinq cas et la chirurgie prothétique dans un cas.

Discussion

Les fractures de contrainte représentent moins de 2,9% de toutes les fractures du col de fémur.
Elles comprennent deux entités différentes, les fractures de fatigue qui surviennent sur un segment osseux normalement minéralisé soumis à des contraintes excessives répétées engendrer une fracture classique, et les fractures par insuffisance osseuse et qui résultent de contraintes normales ou de traumatismes insignifiants exercés sur un os globalement fragilisé.
Les fractures de fatigue touchent surtout le sujet jeune actif alors que les fractures par insuffisance osseuse touchent plutôt le sujet âgé, ostéoporotique, porteur d'une ostéomalacie, d'une PR, d'un diabète ou une hyperparathyroïdie. La frontière entre FF et FIO est cependant imprécise, en particulier chez les sujets d'âge moyen reprenant une activité sportive de loisir.
Sur le plan biomécanique, la présence d'une coxa vara transforme les forces de compression en force de cisaillement qui vont augmenter le risque de fracture.
Dans le groupe des FF, les signes cliniques sont généralement bruyants.L'expression clinique est généralement plus fruste dans le groupe des FIO.
Au stade pré fracturaire, La radiographie standard normal ne peut pas éliminer le diagnostic d'où l'intérêt de la scintigraphie, TDM, qui ont une bonne sensibilité sans être spécifiques.
L'examen de choix actuel est l'IRM qui permet de poser le diagnostic même à un stade infra radiologique.

Conclusion

Les fractures de fatigue sont rares, elles nécessitent une recherche d'une pathologie sous jacente. Le traitement est essentiellement préventif et consiste dans la correction de la coxa vara.

remonter
63
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM