Poster électronique

Ma.114 - Périostite tibiale chez le sportif : à propos de 5 cas
MH Meherzi (1); W Hamdi (1); MK Benhamida (1); M Oueld Sidi (1); M Ouertatani (1); M Ghanouchi (1); MM Kchir (1); M Mestiri (1); - (1) Manouba - Tunisie;
22ème Congrès
Poster
4
1 votes.
Vu 207 fois.
Résumé
Introduction

La périostite tibiale est une lésion de surmenage fonctionnel qui est due à une hyper sollicitation des muscles de la loge postérieure de la jambe. C'est un syndrome fréquent chez les jeunes sportifs surtout en début de saison.

Patients et Méthodes

.- Il s'agit de 5 étudiants d'éducation sportive et physique tous en première année, leur moyenne d'age est de 20 ans.

Résultats

Tous les patients ont présenté des douleurs du tiers inférieur de la jambe (bilatérales dans 3 cas), provoquées par l'entraînement et soulagées par le repos. A l'examen, on note des douleurs à la palpation osseuse du tibia postéro interne. Les radiographies sont normales. Une scintigraphie osseuse a été pratiquée et a montré une hyperfixation tardive en liseré de la diaphyse tibiale dans tous les cas, en faveur du diagnostic de périostite tibiale. Les facteurs de risque relevés chez ces patients sont : échauffement et étirement insuffisants, chaussures inadaptées, entraînement intense instauré de façon non progressive, surface de course et de jeu trop dure. Les patients ont été traités par des anti-inflammatoires, un glaçage et un arrêt de l'activité sportive de 2 à 4 semaines. La disparition de la symptomatologie a permis la reprise de la compétition.

Discussion

Deux phénomènes rentrent dans la physiopathologie de cette entité :
Un phénomène osseux par modification de l'architecture osseuse sous l'effet des microtraumatismes locaux avec réaction du périoste et un phénomène musculaire avec hyper sollicitation des insertions osseuses des muscles de la loge postérieure de la jambe. Les étiologies peuvent être intrinsèques ou extrinsèques. Le diagnostic se pose surtout avec la fracture de fatigue (complication redoutable de la périostite tibiale) et le syndrome de loge.Il repose essentiellement sur la clinique et peut être conforté par la scintigraphie osseuse et éventuellement par l'IRM. Le traitement est médical toujours associé à l'arrêt de l'activité physique. Le traitement chirurgical par excision du périoste peut être proposé après l'échec du traitement médical.

Conclusion

La périostite tibiale chez le jeune sportif est fréquente, grave de part ses répercussions. Son diagnostic est surtout clinique et sa prise en charge passe obligatoirement par l'éducation du sportif.

remonter
61
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM