Poster électronique

Lu.155 - Évolution des paramètres cliniques et biomécaniques après traitement aux ondes de chocs radiales chez 8 chiens souffrant d’une coxarthrose sévère
SG Sawaya (1); E Demare (1); T Lequang (1); E Viguier (3); - (1) Marcy l'Etoile - France;
22ème Congrès
Poster
4,8
4 votes.
Vu 62 fois.
Résumé
Objectif

Evaluation qualitative et quantitative de l'efficacité des ondes de chocs radiales, d'utilisation très récente en physiothérapie canine, dans le traitement de la coxarthrose chez le chien.

Matériels et Méthodes

3 séances d'ondes de chocs radiales (Swiss-Dolorclast®, EMS, Nyons-Suisse) ont été appliquées sur 10 hanches appartenant à 8 chiens souffrant de coxarthrose sévère, à raison d'une séance hebdomadaire (2000 chocs, P = 2 bars, F = 9 Hz). La récupération fonctionnelle est évaluée cliniquement (scores de douleur et de boiterie), par goniométrie, par radiographie, ainsi que par la mesure de la pression maximale d'appui (Pmax) et de la durée relative de la phase d'appui des 4 membres à l'aide d'un tapis d'analyse de la marche (GaiteRite®). Les évaluations ont lieu à Jo (juste avant la première séance), avant chaque séance (J+1s, J+2s), puis 4 semaines après la dernière séance (J+6s).

Résultats

Dès J+1s, tous les propriétaires rapportent une amélioration notable avec reprise des comportements de jeu et allongement des temps de promenades. Pratiquement tous les paramètres étudiés sont significativement améliorés dès J+2s. Les scores moyens de boiterie (pas et trot) et de douleur sont diminués (Test de Wilcoxon, respectivement p = 0,004 et p = 0,002) et l'angle d'extension coxo-fémorale augmenté : 135,54±13,81° à Jo, 150,09±10,53° à j+2s, 153,45±7,45° à j+6s (test de Student : p = 0,01). L'analyse de la marche montre : 1) une augmentation de la Pmax relative d'appui des membres traités : 16,11±3,43% à Jo, 18,69±2,01% à J+2s, 19,12±2,31% à J+6s (Student : p = 0,013) ; 2) une tendance à la normalisation des ratios postérieur gauche/postérieur droit pour la Pmax d'une part (1,44±0,37 à Jo, 1,17±0,22 à J+2s, 1,06±0,18 à J+6s ; Student : p = 0,031) et pour la durée relative de l'appui d'autre part (0,92±0,08 à Jo, 0,98±0,04 à J+2s, 1,02±0,03 à J+6s ; Student : p = 0,005) ; 3) Une diminution du rapport de la Pmax entre les membres antérieurs et les membres postérieurs montrant une réduction du report de charge sur les antérieurs (1,89±0,43 à Jo, 1,81±0,36 à J+2s, 1,59±0,11à J+6s ; Student : p = 0,03). Les améliorations cliniques et biomécaniques maximales sont observées entre la 2ème et la 4ème semaine suivant la dernière séance d'ondes de chocs. Les radiographies de contrôle n'ont montré ni atténuation, ni aggravation, notables des lésions. L'inconfort réapparaît chez la majorité des chiens entre 3 à 6 mois après le traitement (plus de 12 mois chez 3 chiens).

Conclusion

Les ondes de chocs radiales montrent une efficacité certaine et durable dans le traitement de l'arthrose sévère de la hanche chez le chien et qu'il convient de considérer dans les cas où les anti-inflammatoires se révèlent peu efficaces ou à l'origine d'effets indésirables ou, dans le cas de dysplasie de la hanche, quand la chirurgie n'est pas indiquée ou non souhaitée par les propriétaires de l'animal malade. Ces observations restent à confirmer par des études sur un échantillon plus important avec un groupe témoin.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM