Poster électronique

Ma.124 - Auto-évaluation par questionnaire téléphonique de la pratique en rhumatologie interventionnelle : étude à propos de 35 patients
Banal (1); G Cinquetti (1); N Sanmartin (1); A Allonneau (1); J Chevance (1); C Rondel (1); S Fuentes (1); G Grondin (1); D Andriamanantena (1); B Graffin (1); - (1) Metz - France;
22ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 56 fois.
Résumé
Introduction

La relation médecin-malade a beaucoup évolué au cours des ces dernières années. L'information donnée au patient est passé d'un devoir déontologique à une obligation légale. Plusieurs publications ont souligné l'intérêt d'un support écrit. Cependant, aucune étude d'auto-évaluation d'une pratique de rhumatologie interventionnelle n'a été réalisée.

Patients et Méthodes

La population étudiée concernait les patients infiltrés en salle de scopie du service de radiologie de l'hôpital d'instruction des armées Legouest. Les gestes réalisés étaient : épidurale/foraminale = 13, hanche = 7, poignet/doigt/orteil = 7, interapophysaire postérieure = 5, épaule = 2, cheville = 1. Cinquante-deux patients ont été infiltrés ou ré-infiltrés entre le 8 octobre 2008 et le 13 mai 2009. Parmi eux, trente cinq ont pu être contacter téléphoniquement. Il s'agit de 17 femmes et 18 hommes. Leur âge moyen est de 63,8±17,4 ans (de 25 à 93 ans). Il s'agissait du premier geste en rhumatologie pour 26 d'entre eux (74,3%). Un questionnaire téléphonique a été élaboré afin d'auto-évaluer la qualité de l'information apportée au patient et son influence sur le déroulement du soin. Il se composait de 15 questions successives concernant l'information connue du patient, de manière rétrospective. Il était rempli par une secrétaire médicale au cours d'un contact téléphonique de 5 minutes en moyenne. Les gestes techniques ont été réalisés sous contrôle scopique dans la salle de scopie du service de radiologie de l'Hôpital d'Instruction des armées Legouest. Il s'agissait uniquement d'infiltrations cortisoniques, intra-articulaires ou rachidienne.

Résultats

Au total, 97,1% (34/35) des patients déclaraient avoir été informés du déroulement du geste et 77,1% (27/35) déclaraient avoir été informés des complications possibles. Cette information a été orale dans 97,1% (34/35) et écrite dans 51,4 % (18/35) des cas. Seul 14,3% (5/35) des patients auraient souhaité un complément d'information. Si 82,9 % (29/35) des patients pensaient utile de connaître les complications, seuls 31,4% (11/35) des patients sont capables d'en citer une. Cependant, ceci ne semblait pas altérer la relation de confiance médecin-malade, car 97,1% (34/35) des patients étaient prêts à refaire l'infiltration. La douleur pressentie moyenne évaluée de 0 à 10 était de 2,1±2,7. La douleur effectivement ressentie était côtée à 1,7±2,4. Seuls 17,1% (6/35) des patients déclaraient avoir été stressés avant le geste. Si 77,1% des patients déclaraient avoir reçu une information spécifique concernant les complications, cependant, seuls 31,4% (11/35) des patients étaient capables d'en citer une. Les complications citées étaient : douleur (6), lésion d'une structure nerveuse (3), allergie (1), infection (1). Enfin, 82,9% (29/35) des patients répondaient favorablement à la question de l'utilité de connaître les complications possibles des gestes sous scopie.

Conclusion

L'information des patients en rhumatologie interventionnelle est actuellement insuffisante dans notre pratique quotidienne. L'utilisation plus systématique de fiches écrites devrait permettre de pallier à cette insuffisance. Cependant, quel que soit le support d'information utilisé, son efficacité ne peut être optimale que dans le cadre d'une indispensable relation de confiance médecin/malade.

remonter
56
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM