Poster électronique

Ma.109 - État des lieux des compétences techniques et de surveillance des patients bénéficiant d'une biothérapie sous-cutanée dans le cadre d'un rhumatisme inflammatoire, suivis en consultation annuelle dans un service de rhumatologie
S Pouplin (1); T Lequerré (3); J Benoit (1); C Cerveaux (1); C Lesage (1); N Cozette (1); F Dufils (1); B Godon (1); M Gras (1); S Diallo (1); K Lanfant Weybel (1); O Vittecoq (3); - (1) Rouen - France;
22ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 43 fois.
Résumé
Objectif

Lors de l'initiation d'une biothérapie sous cutanée (SC), rhumatologue et infirmières délivrent de nombreux messages au patient (technique d'injection, recommandations pour le suivi… ). Que retiennent les patients ? Pour répondre à cette question, l'équipe d'éducation a mené une étude transversale ayant pour objectifs :
-Evaluer les « compétences techniques » des patients suivis en ambulatoire effectuant leur injection SC-Faire le point des connaissances acquises par les patients et des attitudes lors de situations à risque et ou particulières.

Patients et Méthodes

L'évaluation a été réalisée à l'aide d' un autoquestionnaire, élaboré par l'équipe d'éducation, comprenant deux volets A et B : - A focalisé sur les compétences techniques (pratique du geste, devenir des aiguilles usagées et des collecteurs, difficultés rencontrées et souhait d'informations) -B centré sur les connaissances et attitudes lors des situations à risque (symptôme inhabituel, voyage, chirurgie, vaccinations, suivi médical, grossesse, difficultés rencontrées et souhait d'informations complémentaires). Lors de la visite annuelle hospitalière pour le renouvellement de leur biothérapie, les patients complétaient les questionnaires dès leur arrivée.

Résultats

Entre février et juin 2009,114 patients (41 hommes / 73 femmes) atteints de RI (44 polyarthrites rhumatoïdes/ 42 spondylarthropathies/ 19 rhumatismes psoriasiques/ 3 Arthrites Juvéniles idiopathiques/ 6 RI inclassés) ont répondu aux questionnaires. Ils étaient sous biothérapie SC (59% Etanercept / 40% Adalinumab/ 1% Anakinra) depuis 1 à 6 ans (médiane 2 ans) ; 82% effectuaient eux-même leur injection.
A : 82% utilisent les bons sites d'injection ; 90% effectuent le lavage des mains et une désinfection de la peau de façon correcte ; 88% éliminent correctement les déchets ; 71%respectent le temps de sortie du produit recommandé ; près de 50% ressentent le geste douloureux
B : 60% interrompent leur traitement lors de la survenue de fièvre, et pour chaque symptômes suivant : toux crachats, mal de gorge ou prise d'antibiotiques ; 30% l'interrompent en cas de rhinite ou brûlures urinaires et 20% en cas de douleurs abdominales ou diarrhée ou otalgie. Parmi ces patients : 10% des patients ne sont pas à jour pour la vaccination contre diphtérie tétanos et poliomyélite ; 54% ne le sont pas pour la vaccination anti-pneumococcique et 48% n'effectuent pas le vaccin antigrippal. Seuls 4% ressentent des difficultés dans la gestion de leur biothérapie, 24% expriment un besoin d'aide.

Conclusion

Cette étude a permis de mettre en évidence des erreurs dans la gestion et la compréhension de situations à risque (notamment en cas de fièvre) pour les patients sous biothérapie SC encourageant à renforcer les actions d'informations et d'éducation. A cet effet, nous allons proposer dès l'automne 2009 des séances d'éducation thérapeutique collectives -de façon systématique après trois mois de l'introduction de la biothérapie- et aux patients rencontrant des difficultés identifiées par les autoquestionnaires.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM