Poster électronique

Ma.125 - Pourquoi l'initiation d'un traitement de l'ostéoporose après fracture reste-t-elle aussi difficile ?
L Semerano (1); T Bégué (1); M Wargon (1); E Avice (1); MC Boissier (1); N Saidenberg-Kermanac'H (1); - (1) Bobigny - France;
22ème Congrès
Poster
3,5
2 votes.
Vu 67 fois.
Résumé
Introduction

La prévention secondaire de l'ostéoporose est variable selon les pays mais reste de faible observance malgré des dispositions spécifiques prises par certaines équipes. Les causes de la difficulté à initier un traitement de l'ostéoporose après un événement fracturaire sont mal comprises. Objectif : Décrire les caractéristiques des patients (pts) se présentant en urgence pour une fracture ostéoporotique hospitalisés ou non dans le service d'orthopédie, évaluer la prise en charge (PEC) de l'ostéoporose après une procédure de sensibilisation et analyser les facteurs favorisants l'échec à l'initiation du traitement.

Patients et Méthodes

Tous les pts âgés de plus de 45 ans présentant une fracture ostéoporotique hospitalisés dans le service d'orthopédie ou vus uniquement aux urgences ont été inclus prospectivement de janvier à octobre 2008. Une infirmière dédiée relevait les caractéristiques des pts comprenant l'âge, le sexe, un score mental, un score de Steinbrocker, les facteurs sociaux défavorables (éthylisme, absence de prise en charge sociale, niveau d'éducation) et les traitements à visée osseuse prescrits. Elle sensibilisait les pts sur leur maladie ostéoporotique et l'intérêt d'un traitement. Les dossiers ont ensuite été discutés avec le rhumatologue et un courrier était envoyé aux pts et/ou au médecin référent pour les informer de l'épisode fracturaire, de la nécessité d'une PEC de l'ostéoporose et d'une proposition d'organisation (par le médecin/rhumatologue référent ou en consultation à l'hôpital). Les pts étaient contactés dans les 6 mois pour s'informer du suivi.

Résultats

349 pts ont été inclus dans l'étude (286 F, 63 H) âgés en moyenne de 74.2 ans. Les pts avaient majoritairement un statut socioéconomique faible (n = 204), un score mental normal (69,3%) et étaient autonomes avant leur fracture (Steinbrocker £2, 73,1%). Il n'y avait pas de différence significative dans les caractéristiques entre les pts des deux services. En revanche, les pts hospitalisés en orthopédie avaient par la suite une meilleure PEC (69% vs 41% p<0.0001) et l'initiation d'un traitement était plus fréquente (12,8.%, 95%IC : 6.1-17,6, p = 0,0003 ; vs 7,6%, 95%IC : -4.5-16,1, p = 0,26). Sur la population globale, seuls 24,9 % des pts se retrouvaient finalement traités vs 13,6 % au début (p = 0.0001, 95%IC : 5,7-15,6), suggérant une efficacité faible du programme d'éducation sur la PEC des pts. Après analyse par régression logistique multiple, le facteur prédictif majeur d'échec à l'initiation d'un traitement est une insuffisance d'organisation de la PEC médicale après l'hospitalisation (OR 12.6, IC 5.8-27.3, p<0.001). Les autres facteurs impliqués sont l'absence de traitement avant fracture et d'éducation spécialisée avec une tendance défavorable pour le sexe masculin, le Steinbrocker élevé et un bas niveau social.

Conclusion

L'organisation de la PEC médicale après fracture est déterminante, indépendamment de l'éducation dans l'initiation d'un traitement préventif de l'ostéoporose chez ces pts à risque élevé de refaire une fracture. Certaines caractéristiques propres aux pts pourraient également intervenir.

remonter
56
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM