Poster électronique

Lu.25 - Composante neuropathique associée à la lomboradiculalgie commune chez le Noir Africain
DD Ouédraogo (1); V Nonguierma (1); C Napon (1); A Kabré (1); B Konaté (1); A Dravé (1); H Tiéno (1); J Kaboré (1); J Drabo (1); - (1) Ouagadougou - Burkina Faso;
22ème Congrès
Poster
2,3
3 votes.
Vu 57 fois.
Résumé
Objectif

Etudier la prévalence des douleurs de type neuropathique au cours de la lomboradiculalgie commune chez le sujet noir africain.

Patients et Méthodes

Il s'agissait d'une étude transversale prospective menée du 1er avril 2009 au 31 août 2009 dans les consultations de rhumatologie, de neurologie et de neurochirurgie du CHU-YO de Ouagadougou (Burkina Faso). Tous les patients ayant une lombalgie ou une lomboradiculalgie communes ont été inclus.
Le questionnaire DN4 a été utilisé pour le diagnostic de la douleur neuropathique.

Résultats

Cent sept patients ont été recrutés pendant la période d'étude ; soixante quatre (49,80 %) étaient de sexe féminin (sex ratio H/F : 0,67). La moyenne d'âge était de 34,11±13,46 ans avec des extrêmes de 20 et 79 ans. La durée moyenne d'évolution était de 48,53 mois avec des extrêmes de 10 jours et 50 ans ; quatre vingt sept (81,31 %) patients avaient une durée d'évolution de leur maladie supérieure à trois mois. Soixante six (61,70 %) patients avaient une lomboradiculalgie prédominante ; chez les 41 autres, la lombalgie prédominait. L'intensité moyenne de la douleur était de 62,81±22,43 (sur une échelle de 100). Un signe de Lasèque était présent chez 41 (38,30 %) patients.
Cinquante trois (49,5 %) patients avaient une douleur de type neuropathique.
La prévalence des signes de neuropathie selon le questionnaire DN4 a été la suivante : Brûlures (n = 58 ; 54,21%), sensation de froid douloureux (n = 17 ; 15,89%), décharge électrique (n = 39 ; 36,45%), fourmillement (n = 46 ; 42,99%), picotement (n = 49 ; 45,74%), engourdissement (n = 63 ; 58,87%), démangeaison (n = 20 ; 18,69%), hypoesthésie au tact (n = 37 ; 34,58%), hypoesthésie à la piqûre (n = 36 ; 33,64%), douleur provoquée ou augmentée par le frottement (n = 23 ; 21,49%).

Conclusion

La lomboradiculalgie du sujet noir africain associe une composante neuropathique observée chez la moitié des patients. Le traitement doit donc toujours tenir compte de cette association. Cependant, d'autres études sont nécessaires chez le sujet noir africain avant de tirer toute conclusion définitive.

remonter
49
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM