Poster électronique

Lu.34 - L’hypertrophie synoviale des articulations métatarsophalangiennes n’est pas spécifique de rhumatisme inflammatoire
F Gandjbakhch (1); V Foltz (1); S Rozenberg (1); B Fautrel (1); P Bourgeois (1); - (1) Paris - France;
22ème Congrès
Poster
4,1
7 votes.
Vu 103 fois.
Résumé
Introduction

L'échographie est couramment pratiquée dans les rhumatismes inflammatoires. L'objectif de cette étude est de déterminer si les synovites des articulations métatarsophalangiennes (MTP) sont spécifiques de rhumatisme inflammatoire.

Matériels et Méthodes

Cette étude cas témoin a comparé l'examen échographique des MTP de 14 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR) et de 13 coureurs à pied, sans antécédent de rhumatisme inflammatoire. L'échographie (US) des MTP 1 à 5 était pratiquée bilatéralement par le même examinateur, sur appareil ESAOTE My Lab70, en mode B et en mode Doppler Puissance (DP), selon un score semi-quantitatif (0-3) et en suivant les recommandations de l'OMERACT. L'hypertrophie synoviale était mesurée en face dorsale, perpendiculairement à la surface corticale au point d'épaisseur maximal de la synoviale. Les analyses statistiques ont été réalisées sur logiciel SAS 9.1.

Résultats

Les caractéristiques des patients étaient les suivantes : 85% étaient des femmes, d'âge moyen 43 ± 12 ans, de durée de la PR de 6 ± 6 ans. 78 % des PR présentaient un facteur rhumatoïde positif et 71 % des érosions radiographiques. Tous étaient traités par traitement de fond conventionnel et un par biothérapie (adalimumab). 50 % des patients suivaient une corticothérapie (posologie moyenne inférieure à 3 mg/jour). 46 % des coureurs étaient des femmes, d'âge moyen 37 ± 9 ans. La présence de synovites US en mode B des MTP n'était pas spécifique de PR et était retrouvée chez la plupart des coureurs. La localisation des synovites différait entre PR et coureurs (tableau 1). Le nombre de synovite des MTP était significativement différent entre PR et coureurs en mode B (p = 0.0012) et en mode DP (p = 0.0008). Il existait également une différence significative entre les 2 groupes du score de synovite en mode B (p = 0.0121) ou en mode DP (p = 0.0008) et de l'épaisseur synoviale (p = 0.0024). Un seuil de 16 mm de la somme des épaisseurs synoviales et de 10 de la somme des grades de synovite en mode B (déterminés sur courbe ROC) permettaient de discriminer les PR des coureurs.

Tableau 1 : Pourcentage de patients présentant au moins une synovite

Mtp1

Mtp2

Mtp3

Mtp4

Mtp5

ModeB

PR (n=14)

100

100

100

78

56

Coureurs (n=13)

100

92

84

53

8

Mode DP

PR (n=14)

29

23

42

35

35

Coureurs (n=13)

7,69

0

0

0

0

Conclusion

Les synovites des MTP ne sont pas spécifiques de PR . Les synovites US des coureurs et des PR différent en localisation, en épaisseur et en grade. Ces données contribuent à apporter une aide au diagnostic de PR.

remonter
55
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM