Poster électronique

Me.121 - Apport du dosage du monoxyde d’azote dans la polyarthrite rhumatoïde
H Ben Fredj (1); Z Alaya (1); H Zeglaoui Trabelsi (1); H Hachfi (1); K Ben Haj Slama (1); B Charfeddine (1); H Ben Abdesslem (1); A Jamel (1); B Khalfallah (1); I Ben Smida (1); E Bouajina (1); - (1) Sousse - Tunisie;
23ème Congrès
Poster préféré des congressistes
Poster
5
1 votes.
Vu 53 fois.
Résumé
Introduction

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie auto-immune caractérisée par un processus de destruction articulaire progressif et irréversible avec des manifestations systémiques. Le monoxyde d’azote (NO) est impliqué dans le développement de plusieurs pathologies inflammatoires.
L’objectif de notre travail est de déterminer la valeur diagnostique et pronostique du NO dans la PR.

Matériels et Méthodes

Etude comparative entre un groupe de 58 patients atteints de PR (critères de l’ACR) et un groupe de 30 témoins sains. La production du NO a été mesurée indirectement sous forme de nitrite (NO2) par la réaction de Griess dans le sérum et le liquide synovial des patients atteints de PR et dans le sérum provenant des sujets sains.

Résultats

Notre série comportait 58 patients atteints de PR âgés en moyenne de 53 ans (29-77) avec une prédominance féminine (sex ratio de 3.14) et 30 témoins âgés en moyenne de 47 ans. L’âge de début de la maladie était de 41,72 ans (15-57). La sérologie rhumatoïde était positive dans 60.3% des malades. Notre étude a montré une élévation du taux sérique du NO chez les malades par rapport aux témoins avec une différence statistiquement significative (p = 0.001). La valeur moyenne du NO sérique chez les malades était de 81.65 µmol/l et chez les témoins de 48.67 µmol/l. La valeur moyenne du NO synovial était de 119.84 µmol/l. Les taux du NO dans les liquides synoviaux étaient plus élevés que ceux sériques chez les patients atteints de PR avec une différence statistiquement significative (p = 0.03). L’étude de la liaison entre l’hyperproduction du NO sérique et les paramètres cliniques (indice articulaire, indice synovial) et biologiques (VS, FR, anti-CCP) n’a aboutit à aucune corrélation. Aucune corrélation n’a été déterminée entre le taux de NO synovial et le nombre de globules blancs dans le liquide articulaire, de même pour le taux de NO sérique et le score de Sharp. Par contre, une corrélation positive statistiquement significative entre le taux de NO sérique d’une part et le degré d’activité de la maladie (DAS28 élevé) d’autre part a été constatée.

Conclusion

D’autres études sont nécessaires pour clarifier la place exacte du NO dans la physiopathologie de la PR. L’inhibition sélective de la production du NO lors des rhumatismes inflammatoires semble être une nouvelle voie de recherche thérapeutique.

remonter
47
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM