Poster électronique

Ma.154 - Etude rétrospective d’une cohorte de patients présentant une polyarthrite rhumatoïde et traités par infliximab à 2 ans, 5 ans et 8 ans
N Guerroui (1); JP Mattei (1); H Boudinet (1); N Balandraud (1); P Légeron (1); B Thomachot (1); J Roudier (1); S Guis (1); - (1) Marseille - France;
21ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 50 fois.
Résumé
Objectif

Etudier rétrospectivement le devenir clinique, biologique et fonctionnel à 2 ans, 5 ans et 8 ans d'une cohorte de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et traitée par infliximab.

Patients et Méthodes

Les 71 patients inclus atteints de PR ont bénéficié d'un traitement par infliximab entre février 2000 et septembre 2002. Cet inhibiteur du TNFaa été instauré du fait soit d'un échappement thérapeutique au méthotrexate ou au léflunomide soit d'une contre-indication à ces traitements de fond. Les critères de suivi colligés ont été : - le nombre et la cinétique temporelle de maintien et d'efficacité de ce traitement grâce aux DAS 28, HAQ, EVA, VS, PCR, - les causes d'arrêt avec la prise en compte de la perte d'efficacité ou de l'inefficacité médicamenteuse, des effets secondaires sévères en considérant leur nombre et leur caractéristique : infections, tumeurs... Ces critères étant recueillis à 2 ans, 5 ans et 8 ans . L'analyse statistique, en dehors des statistiques descriptives, a fait appel au test t de Student.

Résultats

Nous retrouvons à 24 mois, 34 patients répondeurs au traitement suivant les critères européens (différence de DAS28>1,2) soit 47,22% avec 63,3% (45) patients toujours sous infliximab mais avec une réponse partielle (différence de DAS28<1,2), à 60 mois 17 patients soit 23,9% avec 35,21% (25) toujours sous infliximab et à 96 mois 17 patients soit 23,9% avec 30,98% (22) toujours sous infliximab.Les motifs d'arrêt sont : à 2 ans : 8 pour inefficacité, - 8 pour échappement, - 8 pour effets secondaires ; à 5 ans : 12 pour échappement, - 8 pour effets secondaires ; à 8 ans : 3 pour effets secondaires.

Discussion

A 2 ans, les chiffres de maintien et de réponse thérapeutique sont largement inférieurs à la plupart de ceux des études de recherche clinique ou rétrospectives hormis l'étude niçoise.A 5 ans et 8 ans, aucune étude identique n'a été menée mais il apparaît qu'il y a une forte diminution de l'efficacité. Par ailleurs, les effets secondaires retrouvés et leur pourcentage à 2 ans corroborent les données de la littérature, leur pourcentage de survenue semble se stabiliser entre 5 et 8 ans avec après 5 ans moins d'arrêt pour échappement thérapeutique.

Conclusion

A 2, 5 et 8 ans, nos données montrent un faible taux de maintien thérapeutique de l'infliximab, l'extension à 5 ans et 8 ans met en évidence un fort taux d'arrêt thérapeutique par échappement thérapeutique. Le nombre et les types d'effets secondaires retrouvés sont identiques à ceux de la littérature à 2 ans.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM