Poster électronique

Lu.143 - Des calcifications ectopiques douloureuses
MS Sequeval (3); G Cormier (1); S Varin (1); M Caulier (3); G Tanguy (1); - (1) La Roche-sur-Yon - France;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 147 fois.
Résumé
Introduction

L’arachnoidite ossifiante est une pathologie rare qui fait partie des étiologies de récidives douloureuses, après intervalle libre, suite à une chirurgie du rachis.

Patients et Méthodes

Un homme de 81 ans est hospitalisé début 2011 dans le service pour bilan de radiculalgies bilatérales. Ce patient a bénéficié d’une laminectomie sur canal lombaire rétréci en 2009 pour une lomboradiculalgie invalidante qui avait permis une disparition de la symptomatologie.
L’examen clinique retrouve des douleurs radiculaires mal systématisées, impulsives, soulagées par la marche. L’examen neurologique est normal.
Devant cette présentation clinique atypique nous demandons un scanner du rachis lombaire.
Le scanner retrouve des calcifications méningées concentriques engainant le fourreau dural.
On retient le diagnostic d’arachnoïdite ossifiante secondaire à la chirurgie du rachis.

Résultats

L’arachnoïdite ossifiante est une entité clinique rare définie par l’association d’ossifications intra thécales et d’une inflammation méningée chronique. L’examen clinique retrouve fréquemment un déficit neurologique d’apparition progressive.
On la différencie des calcifications durales asymptomatiques habituellement retrouvées lors d’autopsie.
Les facteurs favorisants retrouvés à l’interrogatoire sont : la chirurgie, l’anesthésie spinale, les traumatismes, l’hémorragie sous arachnoïdienne, la myélographie, l’infection.
La physiopathologie reste mal comprise. L’ossification pourrait être le processus terminal de l’arachnoïdite adhésive ; l’inflammation chronique entrainant une métaplasie osseuse. Ce phénomène serait favorisé par des hémorragies locales secondaires à des anomalies vasculaires régulièrement décrites chez ces patients.
Le scanner est l’examen le plus sensible pour le diagnostic mais l’IRM est nécessaire au bilan pré opératoire.
Le traitement chirurgical est difficile et reste réservé aux cas sévères.

Conclusion

L’arachnoidite ossifiante est une pathologie rare, responsable d’une symptomatologie invalidante, qu’il faut savoir dépister notamment en cas de facteurs favorisants retrouvés à l’interrogatoire, afin de proposer une stratégie thérapeutique appropriée.

remonter
44
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM