Poster électronique

Ma.001 - Les cellules épithéliales des glandes salivaires sont capables d’induire directement la différenciation des lymphocytes T folliculaires au cours du syndrome de Sjögren primitif
Y Gong (1); G Alsaleh (1); J Sibilia (1); JE Gottenberg (1); - (1) Strasbourg - France;
24ème Congrès
Poster primé par le jury
Poster
0
0 votes.
Vu 39 fois.
Résumé
Introduction

Les lymphocytes T folliculaires (LTf) jouent un rôle important en activant les lymphocytes B via la sécrétion d’interleukine (IL) -21. Une augmentation de la proportion de LTf est observée dans le sang des patients ayant un syndrome de Sjögren primitif (SJp). Les cellules épithéliales salivaires (SGECs) des patients atteints de SJp expriment certaines molécules de co-stimulation et peuvent jouer le rôle de cellules présentatrices d’antigènes. Nous avons fait l’hypothèse que les SGEC pouvaient induire la différenciation des lymphocytes T naïfs (LTn) en LTf.

Résultats

Les cultures primaires de SGEC ont été réalisées à partir de biopsies de glandes salivaires accessoires de patients atteints de SJp ou de contrôles (syndromes secs sans aucun signe d'autoimmunité). L’expression d’ICOSL par les SGEC après stimulation par poly I : C a été évaluée par PCR quantitative. Les LTn ont été cocultivés en présence de SGEC. Après 6 jours, l’expression d’ICOS et de CXCR5 par les lymphocytes T a été mesurée par cytométrie en flux. La sécrétion d’IL-21 a été mesurée par ELISA. L’expression d’ICOSL par les SGEC de patients SSp (n = 4) ou de témoins (n = 4) augmente après activation par poly I : C, mais les SGEC ne sécrètent pas d’IL-21. Après coculture avec les SGEC (1 SJp, 2 SJ secondaires et 3 contrôles), l’expression d’ICOS et de CXCR5 augmente (MFI : 41,25±14,8 versus 15,75±1,26 ; p = 0,005 et 6,5 versus 5,2 ; p = 0,09, respectivement). Un double marquage CXCR5/ICOS, qui caractérise les Tfh, est observé sur 3,76 ± 2,05% des lymphocytes T. Ces Tfh sécrètent de l’IL-21 (671,8±394,6 versus 17,8±19,5 pg/ml dans le surnageant de LT naïfs activés par anti-CD2/anti-CD3/anti-CD28 ; p = 0,0004). En utilisant des ‘transwell’ qui empêchent le contact cellule à cellule, cette augmentation de l’expression d’ICOS et de CXCR5 reste inchangée mais la sécrétion d’IL-21 est partiellement inhibée (198,6 ± 83,3 pg/ml avec transwell versus 591,4 ± 308,9 pg/ml sans transwell, p = 0,0286).

Conclusion

Ces résultats montrent que les SGEC sont capables d’induire la différenciation des LTn en LTfh, ce qui pourrait contribuer à l’activation des lymphocytes B dans les glandes salivaires. D'autres analyses sont en cours pour déterminer les cytokines impliquées dans cette différenciation, comme l’IL-6, l’’IL-12, et ICOSL. Ces résultats montrent un nouveau rôle important des cellules épithéliales des glandes salivaires dans l’épithélite auto-immune du SJp et suggèrent que les lymphocytes T folliculaires et l'IL-21 pourraient représenter de nouvelles cibles thérapeutiques dans cette maladie.

remonter
59
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM