Poster électronique

Me.006 - Le méthotrexate n'a aucun impact sur le maintien à long terme d'un traitement par infliximab dans les spondylarthropathies : résultats d'une étude observationnelle sur 3 ans
O Vittecoq (1); L Adeleu (1); M Kozyreff-Meurice (1); T Vandhuick (1); A Daragon (1); K Lanfant-Weybel (1); V Goeb (1); S Pouplin (1); X Le Loët (1); R Varin (1); T Lequerré (1); - (1) Rouen - France;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 38 fois.
Résumé
Rationnel

De rares études ont suggéré que le méthotrexate (MTX) n'avait aucune influence sur la réponse clinique chez les patients atteints de spondylarthropathie (SPA) recevant de l'infliximab (IFX). Toutefois, la durée de suivi était limitée à 1 an. En outre, nous ne disposons pas de données concernant l'impact du MTX sur le maintien à long terme de l'IFX..
L'objectif était d'dentifier des facteurs cliniques, biologiques, d'imagerie et thérapeutiques (notamment MTX) prédictifs du maintien à 3 ans d'un traitement par IFX dans les SPA.

Patients et Méthodes

Analyse rétrospective des dossiers médicaux de tous les patients ayant une spondylarthrite ankylosante (SA) ou un rhumatisme psoriasique (Rpso) satisfaisant respectivement les critères de l'ESSG et de Moll et Wright, traités par IFX entre 2001 et 2007 dans une unité d'immunothérapie dans laquelle le suivi est standardisé. Ont été inclus les patients n'ayant jamais reçu d'anti-TNF, ayant eu une réponse selon les critères ASA 20% sous IFX à 6 mois et suivis pendant au moins 3 ans. Le critère principal de jugement était le maintien de l'IFX au terme de la période de suivi. Deux groupes (maintien de la réponse sur la période de suivi avec satisfaction au moins des critères ASAS20% versus perte d'efficacité) ont ainsi été étudiés. Les paramètres suivants étaient recueillis à l'initiation du traitement puis tous les 6 mois pendant 3 ans : BASDAI, BASFI, DAS28, EVA douleur, EVA globale de l'activité du rhumatisme, EVA asthénie, VS, CRP, taux d'anti-nucléaires et d'anti-ADN natif. Ont également été colligés les données démographiques, la forme clinique (axiale, périphérique ou mixte), le typage HLA, les données d'imagerie et les traitements.

Résultats

64 patients (âge médian = 49 ans [25-81] ; F/M = 30/34) ayant une SPA (48 SA et 16 Rpso) ; durée médiane de la maladie = 11 ans [4-30] ), traités par IFX en monothérapie ou en association au MTX (54,7%) ont été étudiés. Le taux de maintien thérapeutique à 3 ans était de 64%. Le seul paramètre initial qui tendait à être associé au maintien à long terme de l'IFX était la valeur élevée de la VS (p = 0,07). En revanche, aucun facteur clinique, biologique (y compris les autoanticorps) ou d'imagerie n'était prédictif du maintien thérapeutique de l'anti-TNF. En particulier, le MTX n'avait aucune influence sur la réponse à long terme.

Conclusion

Malgré quelques facteurs limitants (faible échantillon, étude rétrospective), nos résultats montrent que, contrairement à la PR, le MTX n'a aucun impact sur le maintien à 3 ans de l'IFX dans les SPA. Seule l'élévation de la VS à l'initiation du traitement pourrait constituer un marqueur de maintien thérapeutique.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM