Poster électronique

Lu.056 - Fiabilité des différents signes échographiques dans la gonarthrose : étude cas-témoins
S Slimani (1); A Haddouche (2); A Ladjouze-Rezig (3); - (1) Batna - Algerie; (2) Blida - Algerie; (3) Alger - Algerie;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 35 fois.
Résumé
Introduction

Des études précédentes portant sur l'échographie du genou ont décrit les différentes caractéristiques ultrasonographiques observées sur les genoux douloureux arthrosiques. Nous avons évalué statistiquement la pertinence de ces différents signes en les comparant à des genoux de témoins sains.

Patients et Méthodes

Nous avons prospectivement réalisé des échographies sur 43 genoux douloureux arthrosiques de 25 sujets, et 40 genoux de 20 sujets sains appariés pour le sexe et l'âge, en utilisant une sonde linéaire (Shimadzu SDU 1200 ; 10-5 MHz). La comparaison entre les 2 groupes a été réalisée en utilisant le test U de Mann-Whitney pour les variables continues, et le test de Chi-deux/Fisher pour les variables catégorielles correspondantes. Les risques relatifs ont aussi été calculés.

Résultats

L'âge moyen des patients était de 52,1 ± 5,3 ans, 60% de femmes. Des anomalies échographiques ont été retrouvées chez 100% des patients et 27% des témoins (p<0,0001 ; RR = 3,6 ; IC95% : 2,2-6,0). Les signes échographiques les plus pertinents étaient : la présence d'un épanchement suprapatellaire >2 mm de hauteur (79% Vs 12% ; p<0,0001 ; RR = 6,3, IC95% : 2,7-14,5), la hauteur de l'épanchement suprapatellaire (10,4 mm Vs 0,8 mm ; p<0,0001), la présence d'un épaississement synovial (46,5% Vs 10% ; p<0,0001 ; RR = 4,6, IC95% : 1,7-12,5) et la présence d'au moins 1 ostéophyte fémoro-tibial (100% Vs 12% ; p<0,0001 ; RR = 8 ; IC95% : 3,5-18,2). L'épaisseur du cartilage (inter-condylien : 2,3 mm Vs 2,2mm ; p = 0,233) de même que la présence d'un signal Doppler pulsé (4,6% Vs 0% ; p = 0,265) n'étaient pas différents entre les 2 groupes.

Conclusion

L'épanchement intra-articulaire, l'épaississement synovial et l'ostéophytose fémoro-tibiale semblent être les signes les plus fiables pour le diagnostic échographique de la gonarthrose. Il existe un besoin de développer un score diagnostique échographique dans la gonarthrose, qui permettrait aussi dans l'idéal d'établir un pronostic, d'évaluer la sévérité et possiblement d'assurer le suivi longitudinal.

remonter
55
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM