Poster électronique

Ma.027 - Un nouvel auto-antigène dans le syndrome de Gougerot-Sjögren : la protéine SC35
G Tobon (1); N Paleiron (1); V Devauchelle Pensec (1); P Youinou (1); JO Pers (1); - (1) Brest - France;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 62 fois.
Résumé
Introduction

Les auto-anticorps anti-SSA et anti-SSB sont les marqueurs sérologiques les plus évocateurs du syndrome de Gougerot-Sjögren. Cependant ces auto-anticorps ne sont pas spécifiques de la maladie, et sont également décrits dans d’autres maladies autoimmunes comme le lupus érythémateux disséminé. Par immunofluorescence indirecte, il n’est pas rare de mettre en évidence la présence d’anticorps anti-nucléaire d’aspect moucheté chez des malades négatifs pour les anticorps anti-SSA et anti-SSB. Récemment, la ribonucleoprotéine hétérogène (hnRNP), impliquée dans l’épissage alternatif de l’ARNm a été identifiée comme un nouvel auto-antigène dans le syndrome de Gougerot-Sjögren. Notre Objectif est de déterminer si SC-35, autre protéine impliquée dans l’épissage alternatif de l’ARNm, est une cible auto-antigènique chez les patients atteints de maladies autoimmunes ayant des anticorps anti-nucléaires d’aspect moucheté.

Patients et Méthodes

Nous avons testé les sérums possédant des anticorps anti-nucléaires (>1/640) d’aspect moucheté chez 26 patients atteints du syndrome de Gougerot-Sjögren et chez 17 lupus érythémateux disséminé. La technique classique de détection des anticorps anti-nucléaires par immunofluorescence sur cellules Hep2 (FITC) a été couplée à la détection de SC35 par un anticorps anti-SC35 de souris, révélé par un anticorps anti-souris marqué au RRX. L’analyse en microscopie confocale montre, dans le cas d’une co-localisation entre les anticorps anti-nucléaires et les anticorps anti-SC35, des zones caractéristiques de superposition de couleur jaune. La spécificité de la réaction a été confirmée par Western-blot.

Résultats

L’analyse des sérums indique une co-localisation des anticorps anti-nucléaires et anti-SC35 chez 14 des 26 patients (54%) atteints du syndrome de Gougerot-Sjögren et chez seulement 2 des 17 patients (11%) souffrant de lupus érythémateux disséminé, suggérant que certains sérums reconnaissent la protéine SC35. Dans le syndrome de Gougerot-Sjögren, sensibilité et spécificité sont respectivement, pour SC35, de 54% et 94%. De façon intéressante, sur les 9 patients atteints d’un syndrome de Gougerot-Sjögren mais négatifs en auto-anticorps anti-SSA ou anti-SSB, 6 avaient un test anti-SC35 positif. Ces résultats ont été confirmés par Western-blot après migration sur gel d’une protéine SC-35 recombinante. Les sérums négatifs dans le test par immunofluorescence et les témoins n’ont pas montré de réaction contre la protéine SC35.

Conclusion

La protéine SC35 est un nouvel auto-antigène dans le syndrome de Gougerot-Sjögren. Ces anticorps anti-SC35 pourraient être de futurs critères de diagnostic en association avec les auto-anticorps classiques. La mise au point d’un test ELISA est en cours pour étayer ces observations.

remonter
59
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM