Poster électronique

Ma.042 - Profil épidémiologique, clinique et paraclinique du lupus érythémateux systémique
D Mrabet (1); I Jebalia (1); B Bejaoui (1); N Boughanmi (1); H Ajlani (1); N Meddeb (1); I Cheour (1); M Elleuch (1); H Sahli (1); S Sellami (1); - (1) Tunis - Tunisie;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 42 fois.
Résumé
Introduction

Le lupus érythémateux systémique représente l’une des connectivites les plus fréquentes dans notre pays. Il est caractérisé par une atteinte systémique et par une évolution par poussées atteignant différents organes : peau, articulations, reins, séreuses et système nerveux.

Patients et Méthodes

Etude rétrospective de 64 patients lupiques diagnostiqués entre 2003 et 2011. Tous nos patients répondaient aux critères de l’ACR.

Résultats

Il s’agit de 57 femmes et 7 hommes ; soit un sex-ratio (F/H) de 8. L’âge moyen de nos patients était de 43,5 ans (69-18 ans). L’atteinte rhumatologique était la manifestation clinique la plus fréquente, présente chez 95% des malades. Elle était inaugurale dans 80 % des cas. Il s’agissait d’arthralgies inflammatoires dans 70% des cas, d’une oligo- arthrite dans 16% des cas et d’une polyarthrite atteignant avec prédilection les grosses articulations dans 9% des cas. Des myalgies étaient présentes chez 9 % de nos patients. L’ostéonécrose aseptique était notée chez 2 malades intéressant la tête fémorale de façon unilatérale L’atteinte cutanée était notée chez 70 % des patients à type de rash malaire dans 21% des cas et de photosensibilité dans 49% des cas. Une sérite était observée dans 18 % des cas (7 cas de péricardite découverte fortuitement et 4 cas de pleurésie). Les thromboses vasculaires étaient notées chez 16 % des cas représentées essentiellement par les thromboses veineuses profondes chez 2 patients et un cas de thrombophlébite cérébrale dans un autre cas. Une atteinte rénale à type de néphropathie glomérulaire était notée chez 61% des malades. Sept malades avaient présentées des manifestations neurologiques à type de convulsions (4cas), hémiplégie (1cas), de troubles de la conscience (1cas) et de neuropathies périphériques des membres inférieurs (1cas). A la biologie, un syndrome inflammatoire biologique était présent dans 87% des cas avec une vitesse de sédimentation moyenne de 64 mm à la première heure. La numération formule sanguine a montré une lymphopénie dans 93% des cas, une leucopénie dans 52% des cas et une thrombopénie dans 48 % des cas. Le bilan rénal était perturbé dans 20 % des cas, montrant une Insuffisance rénale dans 7 % des cas et une protéinurie dans 13 % des cas. Les anticorps anti-nucléaires étaient positifs dans 97% des cas. Les anticorps anti-ADN natifs étaient présents dans 70% des cas. Les anti-ENA étaient positifs dans 15 % des cas, de type anti-SSA dans 10 % des cas et d'anti-SSB dans 5% des cas. Sur le plan thérapeutique, une corticothérapie orale était instaurée chez 76% de nos patients à une dose moyenne de 10 mg/j, compliquée d’infections dans 9 cas et d’ostéoporose cortisonique dans 4 cas. Des complications secondaires à la corticothérapie ont été notées dans 15% des cas à type de diabète cortico-induit dans 4 cas, ostéoporose cortisonique dans 3 cas, ostéonécrose de la tête fémorale dans 2 cas et d'une infection urinaire chez 1 patient. Le traitement immunosuppresseur était prescrit dans 36% des cas.

Conclusion

Dans notre série, l’atteinte articulaire était la manifestation clinique la plus fréquente du LES. Ainsi, devant toute symptomatologie articulaire, un bilan immunologique doit être réalisé.

remonter
59
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM