Poster électronique

Lu.144 - Fissures vertébrales spontanées : penser à l’épilepsie
M Forien (1); L Prat (1); J Ora (1); P Richette (1); M Cohen-Solal (1); P Orcel (1); HK Ea (1); - (1) Paris - France;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 43 fois.
Résumé
Introduction

L’épilepsie généralisée tonico-clonique peut être responsable de fractures vertébrales provoquées par la force de contraction des muscles para-vertébraux. Ce sont habituellement des fractures du corps vertébral à type de compression qui intéressent majoritairement le rachis thoracique moyen. Nous rapportons le cas inhabituel d’un patient présentant des fissures de l’ensemble des vertèbres thoraciques révélatrices de crises convulsives.

Résultats

M. K, âgé de 28 ans, a été hospitalisé pour rachialgies dorsales survenues brutalement au réveil. Il n’avait pas d’antécédents médicaux, ne consommait ni alcool ni tabac, ni aucun médicament. Aucun traumatisme n’était présent dans les jours précédents. Les douleurs rachidiennes sont apparues au réveil empêchant l’orthostatisme. Les radiographies du rachis dorsal et lombaire n’ont révélé aucune anomalie vertébrale. Les taux des CPK étaient à 50 fois la normale sans altération de la fonction rénale, indiquant une rhabdomyolyse sévère. La calcémie était normale. L’imagerie par résonnance magnétique (IRM) du rachis a objectivé des hypo signaux en T1 et des hyper signaux en T2 localisés aux plateaux supérieurs des vertèbres de T2 à T12 évoquant des fissures sous-chondrales multiples récentes sans véritable tassement vertébral. La scintigraphie était compatible avec ces multiples fissures vertébrales et montrait une hyperfixation de la tête humérale droite. La densité minérale osseuse était normale (T-score : 0.6 DS au rachis et 0.8 DS au fémur). La recherche d’une cause d’ostéoporose de l’homme jeune était négative. Une morsure du bord latéral de la langue a été retrouvée au cours de l’hospitalisation sans perte des urines. L’électroencéphalogramme était normal ainsi que l’IRM cérébrale, mais ce qui n’éliminait pas le diagnostic d’épilepsie. Un traitement anti-épileptique a été instauré et le patient n’a pas eu de nouvelle crise.

Conclusion

Ce cas rappelle qu’une crise convulsive, quelle que soit sa cause, peut induire des fissures vertébrales sans véritable tassement radiologique. Cette observation est inhabituelle par le mode de présentation clinique de rachialgies non traumatiques isolées et par l’aspect IRM correspondant à des fissures et non des fractures. Elle montre que la force générée par la contraction soutenue des muscles para-vertébraux est capable d’induire des fissures indépendamment d’une densité minérale osseuse basse. Aussi, la présence de rachialgies mécaniques constatées au réveil chez un sujet jeune doit faire penser au diagnostic de crise d’épilepsie nocturne passée inaperçue et faire rechercher des signes d’accompagnement évocateurs de grand mal.

remonter
44
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM