Poster électronique

Ma.116 - Les patients atteints de SpA sont fatigués quel que soit le sous-type. La fatigue dépend des caractéristiques des patients et de l’activité de la SpA, mais pas du traitement reçu : données de l’étude COSPA portant sur 275 patients
K Chauffier (1); V Burki (1); A Durnez (1); M Elhaï (1); E Koumakis (1); J Payet (1); F Roure (1); M Meyer (1); S Paternotte (1); N Del Castillo Pinol (1); M Dougados (1); L Gossec (1); - (1) Paris - France;
24ème Congrès
Poster primé par le jury
Poster
0
0 votes.
Vu 32 fois.
Résumé
Introduction

La fatigue est un symptôme important pour les patients atteints de spondylarthropathie (SpA). L’objectif de l’étude était d’évaluer la fatigue en fonction des caractéristiques socio-démographiques, des caractéristiques de la maladie, de l’activité de la maladie et de la prise d’anti-TNF dans les SpA.

Patients et Méthodes

Une étude observationnelle rétrospective [étude Cochin SPondylArthritis (COSPA) ] portant sur 275 patients atteints de SpA a été réalisée. La fatigue a été évaluée par l’échelle visuelle analogique (EVA) de 0 à 100 mm. Les patients ont été répartis en deux groupes : grande fatigue (EVA supérieure à 50 mm) et faible fatigue (EVA inférieure à 50 mm). Les groupes ont été comparés par un test non paramétrique en fonction des caractéristiques socio-démographiques (sexe, âge, exercice physique, niveau scolaire, statut professionnel et marital, indice de masse corporel et origine ethnique), des caractéristiques de la maladie [sous-types de SpA (SpA axiale ou périphérique, rhumatisme psoriasique ou autres), durée de la maladie, HLAB27, critères ASAS, critères d’Amor et sacro-iliite radiologique], de l’activité de la maladie [EVA globale, Bath Ankylosing Spondylitis Disease Activity Index (BASDAI), Bath Ankylosing Spondylitis Functional Index (BASFI) et C-reactive proteine] et de la prise d’anti-TNF.

Résultats

Parmi les 275 patients, 266 disposants des données sur la fatigue ont été analysés : 61,3% étaient des hommes et les moyennes ± écart-type (ET) de l’âge et de la durée de la maladie étaient respectivement de 44,5±13.5 ans et 16,8±11,7 ans. La moyenne ± ET de la fatigue était de 49,3±32.7 m et la prévalence de grande fatigue était 49,6%. Selon les caractéristiques socio-démographiques, une grande fatigue apparaissait plus fréquemment chez les femmes (p = 0,025), chez les patients ayant une activité physique limitée (p = 0,005) et ceux ayant un bas niveau scolaire (p = 0,043). Selon les caractéristiques et l’activité de la maladie, une grande fatigue était corrélée aux scores BASDAI, BASFI et à l’EVA globale (p<0,0001 pour les trois) mais pas aux différents sous-types de SpA ni aux autres caractéristiques. Il n’y avait également pas de différence entre la prise ou non d’anti-TNF.

Conclusion

Quelque soit le sous-type de SpA et le traitement reçu, le niveau de fatigue était élevé. Elle ne dépendait pas des différentes caractéristiques de la maladie mais plutôt des scores d’activité BASDAI, BASFI et de l’EVA globale. La grande fatigue était plus fréquente chez les femmes, les patients ayant peu d’activité physique et un niveau scolaire bas. Ainsi la fatigue pourrait être mieux appréhendée en fonction de ces différents paramètres.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM