Poster électronique

Me.064 - Les infections ostéo-articulaires de l’adulte en milieu rhumatologique gabonais
L Missounga (1); - (1) Libreville - Gabon;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 34 fois.
Résumé
Introduction

Objectifs
Rapporter les principaux aspects épidémiologiques des infections ostéoarticulaires dans une population d’Afrique noire.

Patients et Méthodes

Etude rétrospective des dossiers de patients suivis en consultation de rhumatologie à Libreville (Gabon) sur une période de 2 ans (mars 2009- avril 2011). Les patients inclus devaient avoir une infection articulaire axiale (rachis et sacro-iliaques), périphérique ou osseuse. L’infection devait être documentée à partir de l’examen direct ou la culture du liquide articulaire, des hémocultures ou des prélèvements d’une porte d’entrée suspectée en cas d’arthrite septique. Pour la tuberculose il fallait soit la preuve histologique d’un granulome épithélioïde caséeux synovial ou disco-vertébral, soit l’association d’éléments présomptifs (présence de Mycobactérium tuberculosis dans un foyer pulmonaire concomitant, tubertest ou quantiferon positifs, contage tuberculeux franc).

Résultats

Nous avons colligé 44 cas d’infections ostéoarticulaires sur un total de 2800 dossiers de patients rhumatisants, soit une prévalence de 1,6%. Il y avait 24 femmes (54,6%) pour 20 hommes (45,4%) avec un âge moyen de 41,5 ans (16- 80 ans). Les localisations étaient les suivantes : rachidiennes 21 cas (47,8%), toutes des spondylodiscites dont 17 (80,9%) lombaires, 3 (14,3%) dorsales et 1 cas (4,8%) cervicale. Sacro-iliite 1 cas (2,3%), arthrites périphériques 20 cas (45,4%) dont 16 (80%) au genou, 2 à l'épaule (10%), 1 cas (5%) chacun à la cheville et au coude. L'ostéite concernait 2 cas (4,5%) au tibia et au calcanéus. Les germes en causes étaient les suivants : Mycobacterium tuberculosis 18 cas (40,9%) dont 17 cas (94,4%) de mal de Pott et 1 cas de tumeur blanche du genou. Les germes pyogènes concernaient 11 cas (25%) dont 6 (54,5%) à staphylocoque doré. Il y avait 1 cas d’arthrite filarienne à Loa loa. Dans 14 cas (31,8%) le germe n’était pas identifié. Les facteurs de risque infectieux étaient les suivants : diabète, VIH, drépanocytose, arthrose dans 4 cas chacun (9%), cirrhose, néoplasie 3 cas chacune (6,8%) ; insuffisance rénale hémodialysée, lupus, goutte 2 cas chacun (4,5%).99.

Discussion

La prévalence des infections ostéo-articulaires (1,6%) est inférieure à celle des rhumatismes inflammatoires chroniques (6,8%) et loin derrière les rhumatismes dégénératifs (59,3%). La spondilodiscite est l’infection du squelette la plus fréquente (47,8%), majoritairement tuberculeuse (40,9%) comme retrouvé dans d’autres études africaines [1]. Dans les séries rapportées en France, les germes pyogènes sont les plus incriminés, en particulier le staphylocoque, aussi bien dans l’arthrite septique (66 cas sur 300) que dans la spondylodiscite (90%) [3].

Conclusion

les infectionsostéo-articulaires ne sont pas au premier plan des pathologies rhumatismales rencontées à Libreville. Elles sont surtout rachidiennes et tuberculeuses. L'infection par le VIH/SIDA n'en est pas leprincipal facteur de risque.

remonter
45
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM