Poster électronique

Me.026 - Les combinaisons de gènes capables de prédire la réponse à l'étanercept et à l'adalimumab sont spécifiques de chaque molécule
R Normand (1); O Vittecoq (1); M Hiron (1); C Derambure (1); O Boyer (1); P Fardellone (2); RM Flipo (3); C Marcelli (4); X Le Loët (1); T Lequerré (1); - (1) Rouen - France; (2) Amiens - France; (3) Lille - France; (4) Caen - France;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 31 fois.
Résumé
Introduction

Environ 30 à 40% des patients ne répondent pas aux anti-TNF∝ d’où la nécessité d’identifier des marqueurs prédictifs de réponse. Une combinaison de gènes capable de prédire la réponse à l’association méthotrexate (MTX) /infliximab a déjà été identifiée par analyse transcriptomique des cellules mononucléées du sang périphérique (PBMC) *. Cette approche permet-elle d’identifier des combinaisons propres à chacun des anti-TNF∝ ?
L'objectif de cette étude est d'identifier des profils d’expression génique prédictifs de la réponse aux anti-TNF∝ chez des patients atteints de PR pour chacune des associations MTX/adalimumab (ADA) ou MTX/etanercept (ETA).

Patients et Méthodes

31 patients atteints de PR ont reçu une injection sous cutanée d’ADA (40 mg tous les 14 jours) ou d’ETA (50 mg chaque semaine). 20 patients [moyenne d’âge : 50 ± 16 ans, MTX : 14 ± 6 mg/semaine, DAS28 initial : 5 ±1] ont reçu ADA tandis que 11 patients [moyenne d’âge : 55 ± 15 ans, MTX : 18 ± 2 mg/semaine, DAS28 initial : 5 ± 1] ont reçu ETA. L’efficacité des traitements a été évaluée grâce au score DAS28 après 3, 6 mois et 1 an de traitement selon les critères de réponse de l’EULAR. Un échantillon de sang a été prélevé chez les patients juste avant la première injection d’ADA ou d’ETA dans le but d’isoler les PBMCs et d’en extraire les ARN totaux. Le kit Agilent Quick AMP labelling a été utilisé pour synthétiser, amplifier, marquer et purifier les ARN complémentaires (ARNc). Les ARNc marqués ont été hybridés sur des lames agilent 4x44 puis scannées avec le scanner Agilent. Les données ont été extraites et normalisées avec le logiciel Feature Extraction. Ensuite, une analyse supervisée a été réalisée (t-test) avec le logiciel GeneSpring Gx11 dans le but d’identifier des profils d’expression génique capables de séparer parfaitement les répondeurs (R) et les répondeurs modérés (RM) pour chaque traitement. Les profils d’expression obtenus pour ADA et ETA ont été comparés pour savoir s’il existait une signature spécifique pour chaque traitement.

Résultats

Les caractéristiques démographiques, cliniques et biologiques de tous les patients étaient comparables quel que soit le traitement administré. Pour les 20 patients traités par ADA, une combinaison de 25 transcrits (p<0.01) était capable de séparer parfaitement les R (11/20) et les RM (9/20). Parmi les 11 patients qui ont été traités par ETA, 3/11 étaient classés comme R et 8/11 comme RM. Une combinaison de 2074 transcrits (p<0.01) était capable de séparer parfaitement R et RM à ETA. Un chevauchement de seulement 2 transcrits était identifié entre les deux combinaisons démontrant la spécificité de chacune d’elle.

Conclusion

Une signature moléculaire spécifique capable de séparer les R des RM a été identifiée pour les associations (MTX) / (ADA) ou (MTX) / (ETA). Cette étude a démontré, pour la première fois, que l’approche transcriptomique est un outil approprié, sensible et puissant pour identifier des marqueurs prédictifs spécifiques à chaque molécule anti-TNF∝.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM