Poster électronique

Ma.117 - Identification de gènes différentiellement exprimés dans les monocytes et les cellules dendritiques dérivées de monocytes chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante (SPA) comparativement aux cellules de sujets témoins
A Talpin (1); N Bonilla (1); F Costantino (1); A Leboime (2); F Letourneur (1); S Jacques (1); F Dumont (1); HJ Garchon (1); M Breban (2); G Chiocchia (1); - (1) Paris - France; (2) Boulogne-Billancourt - France;
24ème Congrès
Poster primé par le jury
Poster
0
0 votes.
Vu 31 fois.
Résumé
Introduction

Comme cela a été montré dans le modèle de rat transgénique HLA-B27, il existe une dérégulation des cellules présentatrices d’antigène chez les patients atteints de SPA. En effet, les cellules dendritiques dérivées de monocytes de ces patients ont une capacité de stimulation des lymphocytes CD4+ altérée (Arthritis Rheum. 2009 ; 60 : 1432). Par conséquent, l’analyse de leur profil d’expression génique est essentielle.

Patients et Méthodes

Les monocytes provenant des cellules mononucléées du sang périphérique de 9 patients atteints de SPA et de 10 témoins sains ont été purifiés à l'aide de billes immuno-magnétiques couplées à des anticorps anti-CD14. L’ARN a été extrait des monocytes ex vivo, et après leur différenciation en cellules dendritiques par 7 jours de culture avec addition d’IL4 et de GM-CSF avant et après stimulation par le LPS (pendant 6 et 24 heures). Ces ARN ont été hybridés sur des puces d'expression Affymetrix HuGene 1.0 ST (23,021 gènes). Après normalisation, le niveau d’expression des gènes a été comparé entre patients et témoins en utilisant un modèle linéaire multi-varié (LIMMA) et une correction de Bonferroni a été appliquée. Les voies de signalisation associées aux gènes ont été étudiées avec le logiciel Ingenuity Pathway Assist.

Résultats

Les analyses ont permis d’identifier respectivement 41 (0.18%) et 53 (0.23%) gènes différentiellement exprimés, dans les monocytes et les cellules dendritiques entre patients et témoins. La différence la plus significative a été observée pour les gènes EGR2 et SGMS2 (Pcorr = 2.2x10-5 et 1.5x10-4, respectivement) dans les monocytes ; et pour ADAMTS15 et TNFSF13B/BAFF (Pcorr = 2x10-2 et 4x10-2, respectivement) dans les cellules dendritiques. Les voies de signalisation de l’IL-17 et de l’IL-6 ont été identifiées comme différentiellement régulées dans les monocytes entre patients et témoins. Dans les cellules dendritiques dérivées de monocytes, les gènes des voies de co-stimulation (ICOS) apparaissaient différentiellement exprimés. La confirmation de ces données par PCR quantitative est actuellement en cours.

Discussion

Plusieurs gènes différentiellement exprimés entre patients et témoins ont une pertinence biologique intéressante, comme EGR2 qui est régulé par le gène codant pour la dectine, ou BAFF qui est associé au rhumatisme psoriasique. Par ailleurs, d’autres gènes, comme SGMS2, ont été identifiés par d’autres études et pourraient révéler de nouvelles voies pathogéniques.

Conclusion

Cette étude transcriptomique révèle un profil d’expression génique des monocytes et des cellules dendritiques significativement altéré dans la SPA en comparaison avec les témoins.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM