Poster électronique

Lu.047 - L’ostéonécrose en milieu hospitalier à Yaoundé-Cameroun
M Ngandeu - Singwé (1); A Al-Maye Bit Younouss (1); I Farikou (1); B Chetcha Chemeni (1); - (1) Yaounde - Cameroun;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 42 fois.
Résumé
Introduction

L’ostéonécrose est la mort cellulaire des différentes composantes de l’os. Elle touche le plus souvent la tête fémorale. Plusieurs facteurs sont incriminés dans sa genèse. Bien que cette pathologie soit fréquente en occident, son incidence réelle n’est pas connue.
Objectif : Déterminer la prévalence de l’ostéonécrose en milieu hospitalier à Yaoundé

Matériels et Méthodes

Il s’est agi d’une étude transversale rétrospective sur dossiers, sur la période allant de janvier 2006 à Décembre 2010, à l’Hôpital Central, Centre National de Rhéabilitation des Personnes Handicapées (CNRPH), la clinique FROT à Yaoundé. Etaient inclus dans l’étude, les dossiers des patients atteints d’une ou de plusieurs ostéonécroses (1 dossier = 1patient). Les dossiers incomplets et les dossiers des patients souffrant d’une pathologie autre que l’ostéonécrose étaient exclus. Les données suivantes étaient collectées de chaque dossier retenu : âge, sexe, profession, motif de consultation, antécédents personnels, topographie de la lésion, méthode de diagnostic et les lésions radiologiques retrouvées.
Les données étaient analysées grâce au logiciel EPI info version 3.5.1.

Résultats

Sur un total de 29474 dossiers étudiés (un dossier = un patient), 51 cas (0,17%) d’ostéonécrose étaient notés. Il s’agissait de 28 hommes (55%) ) et 23 femmes (45%), dont l’âge moyen des était de 38,9 ans ±16,4 ans (extrêmes : 7 et 78 ans). La tranche d’âge la plus représentée était celle de 21 ans à 73 ans (25,5%). Tous les patients présentaient une ostéonécrose aseptique de la tête fémorale. La douleur et l’impotence fonctionnelle étaient présentes dans 100% des cas au moment du diagnostic. Les lésions siégeaient au niveau de la hanche droite dans 22 cas (41,1%), à gauche dans 13 cas (25,5%) et étaient bilatérales dans 16 cas (31,4%). Les lésions radiologiques étaient classées au stade III de la classification de Ficat et Arlet pour 44 cas (86, 3%), au stade II dans 5 cas (9.8%) et au stade IV dans 2 cas (3,9%). La radiographie était le principal moyen de diagnostic pour les 51 patients.
Les différents facteurs de risque retrouvés étaient : la drépanocytose dans 12 cas (25,3%), un traumatisme dans 10 cas (19,6%), l’alcoolisme dans 3 cas (5,9%), l’athlétisme dans 3 cas (5,9%), la corticothérapie dans 2 cas (3,9%), l’infection par virus de l’immunodéficience humaine (VIH) dans 2 cas (3,9%), la dyslipidémie dans 1 cas (1,9%), l’hyperuricémie dans 1 cas (1,9%), le lupus érythémateux systémique dans un cas (1,9%).

Discussion

L’ostéonécrose, dominée par sa forme aseptique, était principalement localisée sur la tête fémorale, avec une prévalence de 0,17% en milieu hospitalier à Yaoundé. Elle concernait l’adulte jeune, avec une prédominance masculine. Cette prévalence pourrait être sous estimée car seuls les patients symptomatiques avaient consulté. La drépanocytose était le facteur de risque prédominant dans notre milieu, contrairement aux données occidentales. La rareté de l’ostéonécrose au cours du VIH contraste avec la forte prévalence de cette infection au Cameroun. La hanche droite était le plus souvent touchée et les lésions radiologiques étaient à un stade avancé.

Conclusion

L’ostéonécrose reste rare dans notre milieu et concerne principalement la hanche. La drépanocytose en est le principal facteur de risque.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM