Poster électronique

Me.024 - Registre «vraie vie» des patients sous tocilizumab suivis au CHU de Reims
S Cadart (1); P Brochot (1); L Gagneux-Lemoussu (1); J Leone (1); JL Pennaforte (1); JP Eschard (1); - (1) Reims - France;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 37 fois.
Résumé
Introduction

Il s'agit d'une étude rétrospective des patients suivis, soit dans le service de rhumatologie, soit dans le service de médecine interne et ayant reçu le tocilizumab (TCZ).

Résultats

Cinquante trois patients ont été inclus, de janvier 2009 à avril 2011 avec 84,9% de polyarthrite rhumatoïde (PR).
L'âge moyen des patients est de 53 ans, avec une durée d'évolution de la maladie de 13 ans, 81,1% de femmes, 76% de facteur rhumatoïde positif et 69% d'anticorps anti-CCP positif. Quarante pour cent des patients présente au moins un facteur de risque cardiovasculaire.
Concernant les thérapeutiques antérieures, 100% des patients ont déjà reçu un DMARDS, 94,2 % au moins un antiTNF alpha, 34% l'abatacept, 30,8% du rituximab et 9,2% l'anakinra. Le TCZ a été utilisé dans 5,7% des cas en 1ère ligne thérapeutique, 43% en 2ème ligne, 30% en 3ème ligne, 20,8% en 4ème ligne.
Les caractéristiques moyennes avant la 1ère perfusion sont : DAS 28 à 4,89, EVA à 65, nombre d'articulations douloureuses : 9, nombre de synovites : 6, VS : 26 et CRP 14. Le TCZ a été utilisé en monothérapie dans 36% des cas, en coprescription au méthotrexate dans 53 % des cas et au léflunomide dans 11%.
A 6 mois, on note 55% de rémission, 30 % avec un DAS 28 entre 2,6 et 3,2 ou amélioré d’au moins 30%.
Concernant la corticothérapie, avant le TCZ, 19 patients recevaient plus de 10 mg, 6 patients entre 5-10 mg et 3 à moins de 5 mg. Puis après 6 mois, 2 recevaient plus de 10 mg, 8 entre 5-10 mg et 14 moins de 5 mg.
En terme d'effets secondaires, il y a eu 11 cas de baisse des neutrophiles (tous régressifs avec diminution de la posologie du TCZ) ; 11 cas de cytolyses hépatiques (9 régressifs avec la baisse du méthotrexate, 2 avec la diminution du TCZ) ; 5 cas de dyslipidémie avec introduction d'une statine. On a constaté 6 arrêts pour effets secondaires : 1 réaction anaphylactique, 2 phénomènes immunoallergiques, 1 thrombopénie, 2 infections (1 abcès limbique, 1 herpès).

Discussion

On constate que l'amélioration du DAS 28 ne s'explique que partiellement par la régression du syndrome inflammatoire. En analysant les paramètres du DAS isolément, on constate également une amélioration de l'EVA, du nombre d'articulations douloureuses et gonflées, avec p < 0,05 entre la 1ère perfusion et la 6ème perfusion.
Les données de rémission clinique à 6 mois étaient de 47¨% dans le registre allemand vraie vie TAMARA (1) comportant 286 patients. Dans notre registre, le TCZ est utilisé en monothérapie chez 36% des patients (contre 9 des 286 patients allemands) avec des rémissions similaires.
L'étude Radiate (2) n'observait pas de différence de réponse en fonction du nombre d'antiTNF reçu, ce qui est également observé dans notre étude (p = 0,46). Il n'y a pas de différence de réponse à 6 mois si l'abatacept a été utilisé antérieurement (p = 0,76) ou si c'est le rituximab (p = 0,53). Aucune différence statistique n'a été montrée en fonction de la ligne d'utilisation du TCZ (p>0,05), alors que d'autres études ont souligné une meilleure réponse chez les PR naïves de traitement.

Conclusion

Ce registre vraie vie n'a pas sélectionné les patients sur des critères d'inclusion stricts, mais a confirmé l'efficacité clinique, avec une décroissance rapide de la corticothérapie et des effets secondaires contrôlés.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM