Poster électronique

Me.010 - Risque néoplasique avec le certolizumab et le golimumab dans la polyarthrite rhumatoïde : méta-analyse des essais cliniques randomisés
P Le Blay (1); G Mouterde (1); T Barnetche (2); B Combe (1); - (1) Montpellier - France; (2) Bordeaux - France;
24ème Congrès
Poster préféré des congressistes
Poster
5
1 votes.
Vu 71 fois.
Résumé
Introduction

Les anti-TNF alpha sont devenus incontournables dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR). Deux nouveaux anti-TNF, le certolizumab et le golimumab, ont récemment démontré leur efficacité dans la PR, mais n'ont pas été inclus dans les précédentes méta-analyses d’essais randomisés s’intéressant au risque néoplasique.
Notre objectif est d'évaluer le risque néoplasique avec le certolizumab et le golimumab en réalisant une revue systématique de la littérature et une méta-analyse des essais cliniques randomisés (ECR) de ces 2 nouvelles molécules.

Matériels et Méthodes

Une revue systématique de la littérature a été réalisée jusqu'en mai 2011 à partir des données de Medline ainsi que des congrès annuels de l'ACR et de l'EULAR 2009 et 2010. Les ECR du certolizumab ou du golimumab devaient inclure au moins 30 patients, avoir un groupe contrôle traité par traitement de fond conventionnel (DMARD), et durer au moins 10 semaines. Un nouvel Odds Ratio (OR) a été calculé pour chaque ECR, selon la méthode de Mantel-Haenszel, représentant le risque néoplasique chez les patients traités par anti TNF alpha versus les patients traités par DMARD. L'hétérogénéité statistique a été calculée par un test de Chi2 (seuil de significativité = 0,05).

Résultats

Notre revue systématique a permis d'identifier 793 articles, dont 72 seulement ont été gardés après lecture des titres et des résumés. 6 ECR ont finalement été sélectionnés après lecture complète des articles : 4 pour le golimumab et 2 pour le certolizumab. 2 710 patients ont reçu au moins une dose de certolizumab ou de golimumab, comparés à 783 patients qui ont reçu un DMARD conventionnel dans les groupes contrôles. En excluant les cancers cutanés non mélaniques, 18 cas de cancer ont été observés chez les patients traités avec l'un des 2 anti-TNF (16 néoplasies solides et 2 hémopathies), contre 4 cas dans les groupes contrôles. La méta-analyse de ces 6 ECR retrouve un OR de 1,06 [IC 95% 0,39-2,85] concernant le risque néoplasique total (excluant les cancers cutanés non mélaniques) sous certolizumab et golimumab versus DMARD. Nous n'avons pas retrouvé d'hétérogénéité significative (figure). Neufs cas de cancers cutanés non mélaniques ont été observés avec les anti-TNF, contre 3 avec les DMARDs. L'OR calculé pour le risque spécifique de cancers cutanés non mélaniques est de 0,69 [IC 95% 0,23-2,11].

Conclusion

Cette méta-analyse ne retrouvant pas d'augmentation du risque néoplasique avec le certolizumab et le golimumab dans la PR est rassurante, et permet de compléter les précédentes réalisées avec les 3 autres anti-TNF alpha disponibles dans la PR.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM