Poster électronique

Ma.110 - L’arthrite juvénile idiopathique et la croissance chez les enfants marocains : les facteurs influençants
I Bouaddi (1); S Rostom (1); D El Badri (1); A Hassani (1); B Chkirate (2); B Amine (1); N Hajjaj-Hassouni (1); - (1) Rabat-Salé - Maroc; (2) Rabat - Maroc;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 35 fois.
Résumé
Introduction

Le retard de croissance est fréquemment observé au cours des maladies chroniques débutant dans l’enfance, parmi elles l’arthrite idiopathique juvénile (AJI). Ce retard constitue une préoccupation réelle pour l’enfant atteint de la maladie et sa famille. L’objectif de notre étude est d’évaluer la prévalence du retard de croissance et les facteurs qui y sont associés chez les enfants atteints d’AJI.

Patients et Méthodes

L’étude avait inclus des enfants répondant aux critères de l’International League of Association of Rheumatology (ILAR) [1] pour le diagnostic d’AJI. Les paramètres cliniques : âge, sexe, âge de début de la maladie, ration alimentaire journalière en calcium, la sous forme d’AJI, sa durée d’évolution, son activité et les traitements symptomatiques et du fond reçus par les malades ont été recueillis. Les meures anthropométriques : poids (kg), taille (m) et indice de masse corporel (IMC = masse en kg/ taille en m2) ont été effectuées pour chaque sujet, exprimés en déviations standards en fonction de l’âge et du sexe à partir des courbes de croissance de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Le retard statural est défini par -2DS. Des dosages sanguins de la calcémie, phosphorémie, phosphatase alcaline et du 25 hydroxy-cholécalciférol ont été réalisés.

Résultats

Trente-trois enfants ont été inclus avec prédominance masculine 18 (54,5%) et une médiane d’âge de 11 ans [6-14]. La forme polyarticulaire était la plus fréquente 16 (48,65%).la moyenne du DAS28 était de 5,33 +/- 1,11. La corticothérapie a été donnée à 19 (57,6%) patients avec une médiane de durée d’exposition de 3 ans [1-6]. Le taux des enfants recevant du méthotrexate (MTX) était de 12 (36,4%), de la salazopyrine (SZP) de 5 (15%).
La prévalence de l’insuffisance pondérale (IMC < 2DS) était de 27% et celle du retard statural était de 30%. La médiane de la ration journalière en calcium était de 312 mg [236-406]. . L’hypovitaminose D a été retrouvée chez 73% des AJI (N = 24). La prévalence des patients ayant une ostéoporose était de 33% lombaire et de 27% au niveau du corps entier.
Une association significative a été trouvée entre l’insuffisance pondérale et l’ostéoporose (p = 0,01). Il y avait une corrélation positive entre la taille et la DMO ( (r = 0,48, p = 0,005) pour le rachis et (r = 0,57, p = 0,001) pour le corps entiers).
Il n’existait pas d’association entre la croissance staturale et la ration alimentaire en calcium (r = 0,12, p = 0,5), la durée de la maladie (r = 0,12, p = 0,5), le DAS28 (r = 0,24, p = 0,3) et les traitements reçus (corticoïde (β = -0,15, IC [-0,26-0,10] ), p = 0,4), MTX (β = -0,16, IC [-0,27-0,10], p = 0,3), la SZP (β = 0,27, IC [-0,05-0,4] ), p = 0,1) et la 25 hydroxy-cholécalciférol (β = -0,03, IC [-0,22-0,19], p = 0,8).

Conclusion

Notre étude suggère que la croissance staturale diminuée (fréquente au cours des AJI) est associée à une perte osseuse. Il ne semble pas exister une association entre le retard statural et l’activité, l’ancienneté de la maladie de même que les différents traitements reçus. Des études longitudinales multicentriques seront utiles pour vérifier ces résultats.

remonter
53
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM