Poster électronique

Ma.109 - Retentissement de l’arthrite juvénile idiopathique sur la scolarité des enfants au Maroc
I Bouaddi (1); S Rostom (1); D El Badri (1); A Hassani (1); B Chkirate (2); B Amine (1); N Hajjaj-Hassouni (1); - (1) Rabat-Salé - Maroc; (2) Rabat - Maroc;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 64 fois.
Résumé
Introduction

L’arthrite juvénile idiopathique (AJI) est le rhumatisme inflammatoire infantile chronique le plus fréquent, elle peut être à l’origine d’un retentissement important sur la vie et la scolarité des enfants. L’objectif de notre étude est d’évaluer le retentissement de l’AJI sur la vie scolaire des enfants Marocains.

Patients et Méthodes

La population d’étude répondait aux critères de l’International League of Association of Rheumatology (ILAR) [1] pour le diagnostic d’AJI. Les paramètres sociodémographiques relatifs aux patients, les données cliniques et biologiques relatifs à la maladie ont été recueillis. Les données concernant le fonctionnement scolaire ont été obtenues : le niveau d’études des enfants (analphabète, niveau primaire, secondaire ou tertiaire), leur statut scolaire actuel : en cours de scolarisation ou arrêt d’études et la cause d’abandon, le taux d’absentéisme scolaire à cause de la maladie (en jour/an en %) et la notion d’échec scolaire qui se manifeste par les abandons et les redoublements.

Résultats

Trente-trois malades atteints d’AJI ont été inclus avec prédominance masculine 18 (54,5%) avec une médiane d’âge de 11 ans [6-14]. La forme polyarticulaire était la plus fréquente 16 (48,65%). La moyenne du DAS28 était de 5,33 +/- 1,11 avec une activité importante chez 9 (27,3%) patients. La médiane de la durée de la maladie, du CHAQ et de la dose de la corticothérapie était respectivement de 2 ans [1-4,5], de 0,5 [0-1,61] et de 10 mg [0-15]. Seulement 17 (51,51%) des enfants étaient sous traitement de fond, 12 (36,4%) étaient sous méthotrexate.
Le taux des enfants scolarisés était de 69,4%, analphabètes de 3% et ceux qui ont arrêté leur scolarité à cause de la maladie était de 12%. Le pourcentage d’échec scolaire était de 48%. La médiane d’absentéisme était de 1,75 jour/an [0- 5,87]. La fréquence des mamans scolarisées était de 16 (48,5%).
Le niveau éducationnel était associé à la durée de la maladie (p = 0,04).
En analyse univariée, il existait une association entre l’absentéisme et l’indice articulaire (r = 0,77, p = 0,02), l’indice synovial (r = 0,67, p<0,0001), DAS28 (r = 0,60, p = 0,005) et avec le CHAQ (r = 0,81, p<0,0001).
En analyse multivariée il ne persiste aucune association entre ces paramètres et l’absentéisme.
Par ailleurs l’échec des enfants était significativement lié à la non scolarité des mamans (p = 0,002).
Il n’y avait pas d’association significative entre la scolarité et la forme de la maladie (p = 0,8) ni les traitements reçus (corticoïde (p = 0,2) et méthotrexate (p = 0,9) ).

Conclusion

Notre étude suggère que la scolarité des enfants atteints d’AJI est perturbée par les paramètres de la maladie notamment l’activité et le retentissement fonctionnel, d’où l’intérêt d’une prise en charge adéquate de ces malades afin d’augmenter leurs rendements scolaires. Cependant D’autres facteurs pourraient être associés (niveau socioéconomique, le niveau éducationnel des parents…) d’où l’intérêt d’autres études à grand échelle pour vérifier ces résultats.

remonter
53
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM