Poster électronique

Lu.118 - Efficacité et tolérance de la collagénase de Clostridium histolyticum (CCH) chez des patients déjà opérés de la main
C Bainbridge (1); R Gerber (2); P Szczypa (3); B Cohen (4); MP Hellio le Graverand (2); - (1) Derby - Grande-Bretagne; (2) New London - USA; (3) Walton Oaks - Grande-Bretagne; (4) Malvern - USA;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 27 fois.
Résumé
Introduction

Le traitement du flessum de Dupuytren (FD) repose sur l'excision ou la section de la corde de collagène affectant le doigt. Les résultats obtenus avec la chirurgie sont satisfaisants mais la récidive est fréquente, les patients devant alors être traités à nouveau. Les réinterventions chirurgicales peuvent être complexes avec des complications plus fréquentes que lors du premier traitement. La collagenase de clostridium histolyticum (CCH) est un traitement non chirurgical et efficace du FD dû à une corde palpable. L'efficacité et la tolérance de la CCH a été étudiée chez des patients atteints de FD, précédemment traités par chirurgie.

Patients et Méthodes

Les données sont issues de 12 études cliniques sur la CCH. Trois études étaient en ouvert, six randomisées en double aveugle contrôlées versus placebo, dont 3 avaient une extension en ouvert. Ces études avaient des schémas légèrement différents, mais en général, les patients avec un flessum >20° pouvaient recevoir jusqu'à 3 injections de CCH (0,58 mg par articulation) à 30 jours d'intervalle. L'efficacité était basée sur la mesure du degré du flessum. Les événements indésirables (EI) étaient aussi rapportés. Lors de la visite de sélection il était demandé au patient le type de chirurgie, le cas échéant, qui avait été réalisée pour le traitement d'un FD.Parmi les 1082 patients analysés, 422 (39%) avaient déjà été opérés pour un FD. Les patients ont été répartis en deux groupes : un 1er groupe ayant une injection de CCH sur une main précédemment opérée (n = 206 patients), et un 2ème groupe ayant une injection de CCH sur une main non opérée (n = 196 patients).20 patients ont été exclus car la main déjà opérée n'était pas identifiable. Les critères d'évaluation incluaient les variations après traitement du degré du flessum et de l'amplitude de mouvement (ADM). L'efficacité et la tolérance ont été comparées entre les groupes précédemment traités ou non par chirurgie.

Résultats

La durée moyenne (±ET) écoulée entre la précédente chirurgie et la 1ère injection de CCH était de 6,9±6,2 ans. Pour les articulations MP, après traitement par CCH, le % moyen de réduction (±ET) du degré du flessum était de 75,0 ± 2,8% (n = 126 articulations, déjà opérés) pour les patients du 1er groupe et de 80 ± 2,0% (n = 209 articulations, non opérés) pour les patients du 2ème groupe (p = 0.6). L'augmentation moyenne (±ET) de l'ADM était de 32,0 ±1,9° et de 32,1 ± 1,2° pour les patients du 1er et 2ème groupe respectivement (p = 0,9).Pour les articulations IPP, après traitement par CCH, le % moyen de réduction (±ET) du degré du flessum était de 52 ± 2,6% (n = 185 articulations) pour les patients du 1er groupe et de 50± 3,7% (n = 148 articulations) pour les patients du 2ème groupe (p = 0,6).L'augmentation moyenne (±ET) de l'ADM était de 24 ±1,5° et de 26 ± 1,7° pour les patients du 1er et 2ème groupe respectivement (p = 0,3). Les EI survenus chez plus de 30% des patients dans le 1er et 2ème groupe étaient : oedème périphérique (84% et 76% ; p = 0,05), contusion (64% et 49% ; p = 0,003), douleur au site d'injection (36% et 44% ; p = 0,09), douleur à une extrémité (49% et 30% ; p<0,001) et hémorragie au site d'injection (35% et 41% ; p = 0,3). Les différences statistiquement significatives ne semblaient pas cliniquement significatives. La majorité des EI se sont résolus sans intervention. Aucune différence significative sur la durée de ces événements entre les des 2 groupes n'a été observée (p>0,08).

Conclusion

Ces résultats suggèrent que la réalisation d'une précédente chirurgie ne modifie pas l'efficacité ou la tolérance de la CCH. La CCH pourrait donc être une option de traitement pour les patients ayant une récidive après chirurgie. La fréquence d'événements indésirables était légèrement supérieure, mais non cliniquement significative versus placebo.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM