Poster électronique

Lu.046 - Impact des troubles du sommeil sur la qualité de vie dans la population normale
M Mengat (1); S Rostom (2); N Mawani (1); J Hakkou (1); R Bahiri (2); N Hajjaj-Hassouni (3); - (1) Rabat-Salé - Maroc; (2) Salé - Maroc; (3) Rabat - Maroc;
24ème Congrès
Poster
1
1 votes.
Vu 27 fois.
Résumé
Objectif

Evaluer la prévalence des troubles du sommeil chez un groupe de sujets sains de la population générale
Déterminer son impact sur la qualité de vie.

Patients et Méthodes

Etude transversale incluant cent sujets sains recrutés de manière randomisée de la population générale. Les paramètres sociodémographiques relatifs aux sujets ont été recueillis. Les troubles du sommeil ont été évalués selon leur prévalence et leur gravité par l’item 4 du HAMA (Hamilton Anxiety Scale) durant les trois nuits précédant l’enquête. La qualité de vie à été évaluée par le SF-36 (Short Form-36). L’état psychologique a été évalué par le questionnaire HAD (Hospital Anxiety and Depression) avec ses 2 composantes HAD anxiété et HAD dépression. L’activité physique a été évaluée par IPAQ (international physical activity questionnaire) version courte avec ses 3 items (activité physique intense, modérée et la marche). Une analyse univariée puis multivariée par régression logistique pas à pas ascendante a été réalisée. L’odds ratio (OR) a été calculé pour chaque variable. Un p est significatif si inférieur à 0,05.

Résultats

Cent témoins ont été inclus avec une prédominance masculine n = 60 (60%), la médiane d’âge était de 30,8 ans [26-21]. Quand au style de vie de notre groupe 5 % étaient tabagiques et 3 % avaient un alcoolisme occasionnel. Le niveau d’étude variait de : 1 % des analphabètes, 2 % avaient un niveau primaire, 13% un niveau secondaire et 84 % avaient fait des études universitaires. Cinq pourcent des témoins souffraient d’une obésité avec un BMI > 30 kg/m2 ; 8% étaient hypertendus, 4 % avaient un diabète sous traitement et 7 % avaient une dyslipidémie documentée. La prévalence des troubles du sommeil était de 61%. Avec une prévalence selon la gravité de : 32% des troubles légers du sommeil, 19 % moyens, 7% forts et 3% troubles du sommeil invalidants. En analyse univariée, il existait une association significative entre les troubles du sommeil et la qualité de vie : santé physique (OR = 0,97 ; p = 0,03 ; IC à 95% [0,95-0,99] ), Limitation physique (OR = 0,97 ; p = 0,005 ; IC à 95% [0,96-0,99] ), limitation psychique (OR = 0,98 ; p = 0,03 ; IC à 95% [0,97-0,99] ), vitalité (OR = 0,96 ; p = 0,009 ; IC à 95% [0,94-0,99] ), santé mentale (OR = 0,96 ; p = 0,01 ; IC à 95% [0,93-0,99] ), douleur physique (OR = 0,95 ; p = 0,001 ; IC à 95% [0,92-0,98] ), et santé perçue (OR = 0,95 ; p = 0,002 ; IC à 95% [0,93-0,98] ). Il n’a pas été retrouvé d’association avec le HAD dépression, le HAD anxiété, l’activité physique totale, l’activité intense, l’activité modérée, et la marche. Après une analyse multi variée seule persiste l’association entre les troubles du sommeil et le domaine de la fonction physique du SF-36 (OR = 0,96 ; p = 0,04 ; IC à 95% [0,92-0,99] ).

Conclusion

Notre étude suggère que la prévalence des troubles du sommeil est élevée chez la population normale surtout les troubles légers du sommeil. Ils semblent être lié à la fonction physique. D’autres études à plus grande échelle seraient souhaitables.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM