Poster électronique

Me.49 - Etude de l’observance et de la satisfaction au traitement anti-ostéoporotique de patientes traitées depuis moins de 6 mois
B Cortet (1); F Blotman (2); F Debiais (3); D Huas (4); F Mercier (5); C Rousseaux (6); V Berger (6); AF Gaudin (7); FE Cotté (7); - (1) Lille - France; (2) Montpellier - France; (3) Poitiers - France; (4) Vendôme - France; (5) Port-Mort - France; (6) Paris - France; (7) Marly-Le-Roi - France;
21ème Congrès
Poster
2
1 votes.
Vu 65 fois.
Résumé
Objectif

Décrire le profil des femmes ménopausées diagnostiquées ostéoporotiques (OP) sur densité minérale osseuse (DMO) basse ou sur fracture non liée à un traumatisme ou à un cancer et traitées depuis moins de 6 mois. Evaluer la satisfaction et l'observance de ces patientes à leur traitement anti-OP.

Patients et Méthodes

Etude épidémiologique observationnelle transversale menée de novembre 2007 à mars 2008. Les médecins investigateurs interrogeaient les patientes puis leur remettaient un auto-questionnaire. L'observance était évaluée à l'aide du questionnaire de Morisky-Green (score de 0 à 4).

Résultats

684 médecins ont interrogé 785 patientes âgées en moyenne de 66,3±9,1 ans et ménopausées depuis l'âge de 49,8±4,0 ans. Ces patientes avaient été diagnostiquées OP sur l'existence d'une DMO basse (77,3%) et/ou sur fracture OP (39,0%). 51,7% d'entre elles avaient eu au moins une fracture OP localisée principalement au niveau du poignet (48,7%), des vertèbres (44,3%) et de la hanche (9,3%). 75,1% des patientes considéraient l'OP comme une maladie grave. Ces patientes étaient traitées pour leur OP depuis 3,3±1,4 mois par bisphosphonates (72,8%), ranélate de strontium (16,0%), SERM (10,2%), THM (2,4%) ou PTH (0,8%). La fréquence de prise du traitement se répartissait comme suit : quotidienne (28,6%) quelle que soit la molécule, hebdomadaire (42,8%) (alendronate et risédronate) et mensuelle (28,7%) (ibandronate). 50,2% considéraient que le traitement de leur OP constituait une priorité pour leur santé et 97,8% estimaient pouvoir prendre leur traitement pendant plus d'un an. 65,5 % des patientes étaient observantes (score de 4). Les patientes ayant un traitement à prise mensuelle étaient plus observantes que les patientes sous traitement à prise hebdomadaire et quotidienne quelle que soit la molécule (respectivement 78,8%, 60,6% et 57,5%) (p£0,001). 61,2% des patientes étaient satisfaites de leur traitement pour l'ostéoporose. Leur satisfaction variait significativement selon la fréquence de prise (p£0,001) : quotidienne (59,1%), hebdomadaire (57,1%) et mensuelle (69,0%).

Conclusion

Seule la moitié des patientes considère le traitement de l'ostéoporose comme une priorité mais toutes semblent prêtes à le suivre à long terme. Cependant moins de 6 mois après l'initiation du traitement, près d'un tiers ne sont plus observantes. Ces premières analyses montrent que la prise mensuelle améliore significativement l'observance et la satisfaction des patientes pour leur traitement.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM