Poster électronique

Lu.003 - Intérêt de l’échographie dans la goutte : résultats d’une étude cas-contrôle
S Ottaviani (1); A Allard (1); J Ora (1); T Bardin (1); P Richette (1); - (1) Paris - France;
24ème Congrès
Poster primé par le jury
Poster
0
0 votes.
Vu 29 fois.
Résumé
Introduction

L'échographie articulaire apparait comme une technique intéressante pour détecter les dépôts uratiques. Cependant, la sensibilité et la spécificité varient selon les études. L'échographie articulaire pourrait être une aide au diagnostic et apprécier plus précisément l'importance des dépôts uratiques.
Le but de cette est d'évaluer la prévalence échographique des dépôts uratiques chez des patients goutteux en comparaison avec des patients atteints d'autres affections rhumatologiques.

Patients et Méthodes

Pour être inclus dans cette étude prospective, les patients devaient avoir une goutte prouvée par la présence de cristaux d'urate de sodium dans le liquide articulaire. L'analyse échographique (Esaote Technos MP) était réalisée par 2 rhumatologues. Toutes les articulations étaient étudiées par voie dorsale et longitudinale. Les genoux étaient explorés par voie transversal en hyperflexion. Les MTP 1 et 2, les genoux et MCP 2 et 3 étaient analysés pour chaque patient. Pour chaque site articulaire, la présence ou non d'un signe du double-contour (DC) et de tophus étaient étudiée.

Résultats

Un total de 53 patients goutteux (530 articulations) et 50 patients contrôles (500 articulations) ont été inclus dans cette étude prospective. Le nombre moyen de crises de goutte était de 12,9+/-16,7. A l'examen clinique, des tophus étaient présents dans 40% des patients. L'uricémie moyenne était 655,8+/-151,5 µmol/l et la durée moyenne d'évolution des symptômes était 9,2+/-10,7 ans.
La prévalence du signe du DC dans les MTPs, genoux et MCPs chez les patients goutteux et chez les contrôles était 66% vs. 2%, 52% vs. 0% and 20% vs. 0%, respectivement (p<0.001), alors que pour les tophus, seulement retrouvés chez les patients goutteux, la prévalence était 74%, 40 % and 22%, respectivement (p<0.001).
La sensibilité du signe du DC dans les MCPs, MTPs et genoux était 20,8%, 66% and 56,6% respectivement, avec une spécificité de 100%, 98% and 100%. La sensibilité pour la présence échographique des tophus était 22,6%, 73,6% and 41,5% respectivement, avec une spécificité de 100% pour tous les sites. Chez les patients goutteux, la présence d'un signe du DC, mais pas la présence de tophus, était significativement corrélée avec l'uricémie (p<0.05 pour les 3 sites).

Conclusion

L'échographie permet la détection des dépôts uratiques avec une sensibilité variable selon les sites étudiés et l'uricémie, avec une excellente spécificité.

remonter
62
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM