Poster électronique

Me.046 - Arthrite tuberculeuse du genou sous rituximab : 1er cas rapporté
J Tiendrebeogo (1); S Ottaviani (1); K Dawidowicz (1); E Palazzo (1); G Hayem (1); O Meyer (1); P Dieudé (1); - (1) Paris - France;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 45 fois.
Résumé
Introduction

La tuberculose est une complication classique des biothérapies anti-TNFa. La recherche de tuberculose latente n'est pas recommandée avant la mise sous Rituximab. Nous rapportons le premier cas de tuberculose sous rituximab chez une patiente ayant une polyarthrite rhumatoïde (PR), n'ayant jamais reçu d'anti-TNFa.

Observation

Une femme de 42 ans d'origine cambodgienne est suivie pour une PR active malgré le traitement par corticoïdes et méthotrexate. On notait dans les antécédents un cancer récent de la thyroïde contre-indiquant les anti-TNFa. Un traitement par rituximab a été débuté permettant un contrôle de son rhumatisme. Trois mois après la 4ème cure de rituximab, on note une monoarthrite persistante du genou droit. Une nouvelle ponction avec biopsie synoviale retrouve la présence de Mycobacterium Tuberculosis. Une quadrithérapie anti-tuberculeuse est introduite avec maintient des corticoïdes et du methotrexate aux mêmes doses. Le rituximab a été suspendu. Trois mois après le début du traitement, on note une aggravation des douleurs et du gonflement. L'imagerie retrouve une aggravation de l'épanchement avec rupture capsulaire et fistulisation et la ponction la présence de BK. Devant cette évolution paradoxale, évoquant un syndrome de restauration immunitaire, la corticothérapie est majorée et un drainage chirurgicale réalisée. Cette prise en charge permet une amélioration des symptômes et du syndrome inflammatoire.

Conclusion

Le lien entre traitement anti-TNFa et réactivation de tuberculose latente est bien connu. Le dépistage de la tuberculose latente est d'ailleurs recommandée pour toute les biothérapies sauf pour le rituximab (1). Malgré l'absence de sur-risque de tuberculose chez les patients traités par rituximab (2), le clinicien doit garder une vigilance accrue chez les patients globalement immunodéprimés et donc a potentiellement à risque. L'aggravation sous traitement antituberculeux évoque un syndrome de restauration immunitaire qui pourrait être favorisé par l'arrêt de la biothérapie.
Nous rapportons ici le premier cas de tuberculose sous rituximab, suggérant, en l'absence d'une biothérapie anti-TNFa antérieure, l'intérêt d'un dépistage systématique d'une tuberculose latente chez les sujets atteints de PR pour lesquels une biothérapie par RTX a été décidée.

remonter
45
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM