Poster électronique

Ma.030 - Amélioration cliniquement significative chez des patients atteints du lupus érythémateux disséminé modéré à grave
H Mouas (1); D Wallace (2); K Kalunian (3); M Petri (4); V Strand (5); B Kilgallen (6); A Barry (7); C Gordon (8); - (1) Colombes - France; (2) Los Angeles - USA; (3) La Jolla - USA; (4) Baltimore - USA; (5) Palo Alto - USA; (6) Bruxelles - Belgique; (7) Alpharetta - USA; (8) Birmingham - Grande-Bretagne;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 39 fois.
Résumé
Introduction

L’epratuzumab est un nouvel anticorps monoclonal anti-CD22 humanisé, en développement dans le traitement du lupus érythémateux disséminé (LED). EMBLEM est une étude de phase IIb, de recherche de dose, randomisée, en double aveugle, versus placebo, multicentrique (NCT00624351), évaluant sur 12 semaines (sem.) son efficacité et sa tolérance dans le LED.

Patients et Méthodes

Les patients atteints d’un LED modéré/grave (≥1 BILAG 2004 A ou ≥2 BILAG B) ont été randomisés en 6 groupes (gpe) pour recevoir : placebo (PBO) ou une dose cumulée (DC) d’epratuzumab de 200, 800, 2400 ou 3600 mg administrés en perfusion, en deux doses égales séparées de 2 sem., ou une DC de 2400 mg en 4 perfusions équivalentes à 1 sem. D’intervalle. Les deux gpes recevant une DC de 2400 mg (1200 mg toutes les 2 sem. Et 600 mg par sem.) ont également été combinés pour l’analyse. Les traitements concomitants par corticoïdes/immunosuppresseurs (IS) per os devaient être stables tout au long de l’étude. Le critère d’évaluation principal était un indice combiné de réponse de l’activité clinique de la maladie à la sem. 12, défini comme une amélioration de tous les scores BILAG initiaux (passage de A à B/C/D et de B à C/D) sans aggravation du BILAG dans un autre organe, ni dégradation des scores SLEDAI ou PGA, ni augmentation de la dose des corticoïdes/IS.

Résultats

227 patients ont été inclus dans l’étude, l’âge moyen était de 38,8 ans, 94 % était des femmes, 78 % était de type caucasien et avait une activité de la maladie élevée (70% avec un score BILAG A sur ≥ 1 avec un score total moyen BILAG de 15,2 et de SLEDAI de 14,8). Le taux de répondeurs a été statistiquement supérieur dans le gpe epratuzumab 600 mg par sem. (2400 mg DC) (45,9 % ; p = 0,03) ainsi que dans le gpe combiné recevant une DC de 2400 mg (43,2 % ; p = 0,02) par rapport au gpe PBO (21,1 %). Une amélioration a été observée dans le gpe recevant 1200 mg toutes les 2 sem (2400 mg DC) (Tableau). À la sem. 12, 18,9 % de patients des deux gpes recevant une DC de 2400 mg ont eu une amélioration du BILAG (amélioration pour tous les organes du score BILAG avec passage à un BILAG C ou mieux lors des visites consécutives sans aggravation) vs 13,2 % dans le groupe sous placebo. L’epratuzumab a été bien toléré avec une incidence d’événements indésirables graves et des réactions aux perfusions similaire au gpe PBO.

schéma posologique   Emab DC
200 mg
Emab DC
800 mg
Emab
DC
2400 mg
Emab DC
2400 mg
Emab
DC
2400 mg
Emab DC
3600 mg
  Placebo (n=38) 100 mg q2w (n=39) 400 mg q2w (n=38) 600 mg q1w (n=37a) 1200 mg q2w (n=37) groupe combiné (n=74) 1800 mg q2w (n=38)
  8 (21,1) 12 (30,8) 10 (26,3) 17 (45,9) 15 (40,5) 32 (43,2) 9 (23,7)
Odds ratio
(IC 95%)
vs placebo
  1,7
(0,6-4,7)
1,3
(0,5-3,9)
3,2
(1,1-8,8) p=0,03b
2,6
(0,9-7,1) p=0,07b
2,9
(1,2-7,1) p=0,02b
1,2
(0,4-3,4)
Emab, epratuzumab
a2 patients randomisés mais n’ayant jamais reçu de médicament
bLes valeurs p n’ont pas été ajustées pour les comparaisons multiples.

Conclusion

Une DC d’epratuzumab de 2400 mg s’accompagne d’une amélioration cliniquement significative de l’activité de la maladie chez des patients atteints de LED modéré à grave à la sem.12,avec un taux de répondeurs deux fois plus élevé par rapport au gpe PBO (p = 0,02 à p = 0,07). Ces résultats valident l’indice combiné BILAG et supportent les études de phase III de l’epratuzumab dans le LED.

remonter
59
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM