Poster électronique

Lu.062 - Analyse comparative des effets ostéogéniques de différentes activités physiques chez le rat mâle adulte : résultats préliminaires
Z Achiou (1); S Pallu (1); A Boudenot (1); CL Benhamou (1); E Lespessailles (1); - (1) Orléans - France;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 35 fois.
Résumé
Introduction

La masse et la résistance osseuses sont accrues par les contraintes mécaniques sur l’os. L’activité physique est utile pour la prévention de l’ostéoporose. Cependant, il n’y a pas de consensus pour déterminer quel exercice physique est le plus ostéogénique. Nous avons comparé l’entrainement sur tapis roulant à deux protocoles d'impacts chez le rat.

Matériels et Méthodes

38 rats mâles Wistar de 4 mois, ont été séparés en 4 groupes : témoin (T), tapis roulant à haute intensité (R : entrainement intermittent progressif, 1h/jour, 5 jours/semaine), impacts 10s (I 10 : 10 impacts/ jour avec intervalle de 10s entre chaque, 5 jours /semaine) et impacts 20s (I 20 : intervalle de 20s entre chaque impact). La hauteur de chute était de 45 cm. Après 9 semaines d’entrainement, la densité minérale osseuse (DMO) au corps entier et au fémur a été analysée par DXA, la microarchitecture de l’os trabéculaire et cortical du fémur a été acquise par micro-tomographie à rayon X et les propriétés biomécaniques du fémur ont été mesurées par un test de flexion 3 points.

Résultats

La DMO du corps entier était plus élevée dans le groupe R par rapport au groupe T (respectivement 0,201 ± 0,003 vs 0,190 ± 0,001 g/cm², p = 0,03). Aucune différence n’était observée entre les groupes I 20 et I 10 vs T. La DMO du fémur était plus élevée dans les groupes R et I 20 vs T (respectivement 0,409 ± 0,029 et 0,397 ± 0,022 vs 0,372 ± 0,023 g/cm², p = 0,04). Aucune différence significative n’était observée en DMO du fémur entre le groupe I 10 et le groupe T. Il n’y avait pas de différence de DMO entre les trois exercices au fémur et au corps entier. La fraction volumique d’os et le nombre de travées étaient significativement plus élevés dans les groupes exercices vs T. L'espace entre les travées était significativement plus faible pour les groupes exercices vs T. Cependant aucune différence significative n’a été observée entre les différents groupes exercices pour ces paramètres. Parmi les paramètres biomécaniques extrinsèques, la rigidité était significativement plus élevée dans les groupes I 20 et I 10 vs groupe T (275,1 ± 15,8 et 282,0 ± 12,1 vs 265,7 ± 16,4 N/mm, p = 0,03). Néanmoins, aucune différence n'était observée entre les valeurs du groupe R vs celles des groupes impacts et T.

Discussion

Peu de travaux se sont intéressés à l’analyse comparative des différents types d’impact vis-à-vis des bénéfices osseux chez l’animal. L’intervalle de temps entre les impacts pourrait avoir une incidence sur les effets. Cependant, dans notre étude préliminaire les deux exercices avec intervalle différent n’étaient pas différentiable. De même bien que le type d’impact soit différent entre la course sur tapis roulant et le lâcher de rat, nos résultats préliminaires ne permettent pas de distinguer ces 2 modes d’exercices.

Conclusion

Les résultats préliminaires de ce travail ne permettent pas de conclure formellement à la supériorité en termes de bénéfice osseux (DMO, microarchitecture trabéculaire et paramètres biomécaniques extrinsèques) d’un mode d’exercice par rapport à un autre.

remonter
55
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM