Poster électronique

Lu.043 - Perception, connaissance et utilisation de l’outil FRAX auprès des médecins généralistes de la province de Liège (Belgique)
O Bruyère (1); D Nicolet (1); S Compère (1); V Rabenda (1); P Jeholet (1); P Maassen (1); G Pire (1); JY Reginster (1); - (1) Liège - Belgique;
24ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 27 fois.
Résumé
Introduction

L’outil FRAX, qui calcule la probabilité à 10 ans d’avoir une fracture, a été développé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour améliorer la sensibilité de la mesure de la densité minérale osseuse (DMO) et permettre ainsi d’améliorer l’identification précoce des patients à haut risque fracturaire. Cet outil a récemment été validé pour la Belgique. On sait cependant peu de chose à propos de la connaissance et de la perception qu'ont les médecins traitants de cet outil dans leur pratique quotidienne. Notre travail a été réalisé dans le cadre d’une campagne de dépistage de différentes maladies lancée par la Province de Liège, en Belgique. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’impact d’une brochure d’information, créée par l’Université de Liège en collaboration avec la Province de Liège, sur la perception et la connaissance de l’outil FRAX par les médecins traitants. Cette brochure contenait des informations sur les limites à l’utilisation de la DMO, sur la justification de l’utilisation du FRAX ainsi que sur l’interprétation des résultats du FRAX.

Matériels et Méthodes

Un questionnaire visant à évaluer la connaissance et l’utilisation de l’outil FRAX en pratique quotidienne a été envoyé à un échantillon randomisé de 700 médecins généralistes de la Province de Liège après que la moitié d’entre eux aient reçu la brochure d’information.

Résultats

L’enquête a montré que, sur les 193 médecins qui ont répondu à l’enquête, un tiers connaît l’outil FRAX mais moins de 20% d’entre eux l’utilisent dans leur pratique clinique quotidienne. L’enquête met aussi en évidence que les médecins généralistes n’utilisant pas le FRAX ont une connaissance très limitée de cet outil. Parmi ceux qui l’utilisent, l’outil FRAX est principalement considéré comme un outil complémentaire mais non essentiel au diagnostic ou à la prise en charge de l’ostéoporose.
Il apparaît également que la brochure d’information, envoyée à la moitié de notre échantillon, permet d’améliorer la connaissance de l’outil FRAX auprès des médecins généralistes mais ne serait pas plus efficace que d’autres sources d’information (délégué médical, congrès et journaux scientifiques) sur son utilisation dans la pratique quotidienne.

Conclusion

Informer les médecins généralistes à propos de l’outil FRAX est essentiel afin que cet outil soit intégré dans la pratique quotidienne. Notre enquête montre que si une brochure d’information a un effet positif significatif sur la connaissance de FRAX, d’autres sources d’informations semblent nécessaires afin de promouvoir son utilisation.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM