Poster électronique

Lu.147 - Infiltrations périradiculaires lombaires : voie extraforaminale comparée à la voie intraforaminale
A Zagala (1); P Gaudin (2); R Juvin (2); - (1) Grenoble - France; (2) Echirolles - France;
24ème Congrès
Poster préféré des congressistes
Poster
5
1 votes.
Vu 82 fois.
Résumé
Introduction

Des accidents neurologiques graves sont survenus apres infiltrations foraminales lombaires. Le mécanisme est d'allure vasculaire et une approche limitée à l'entrée du foramen, ne cathétérisant pas celui-ci (recommandations de l'AFSSAPS) permettrait de limiter voir de supprimer ce risque.
nous etudions une approche extra foraminale par voie postéro- antérieure en decrivant la diffusion du produit de contraste (pdc) et en comparant le passage vasculaire par rapport à la voie intra foraminale.

Patients et Méthodes

les infiltrations ont été réalisées chez des patients souffrant de pathologie radiculaire avec un conflit le plus souvent discal et ayant résisté à un traitement médical
les infiltrations ont été réalisées par le même opérateur avec un temps vasculaire systématique réalisée sous scopie en continue
la voie extraforaminale est réalisée avec une aiguille à PL par voie postéro antérieure sagittale avec passage au ras de l'articulaire postérieure avec image de face et éventuel controle de 3/4.
apres injection du produit de contraste et en l'absence de passage vasculaire visualisé une injection de cortivasol est réalisée.

Résultats

l'irradiation avec temps vasculaire est de 1,18mGray par rapport à une irradiation de 0.31mGray sans temps vasculaire
100 infiltrations consécutives ont été analysées
Le niveau le plus souvent injecté est L5 (nous réalisons l'injection periradiculaire S1 par voie peridurale latéralisée) plus rarement L4 et L3
le pdc diffuse dans 32% des cas dans l'espace péridural par voie transforaminale, dans 39 % des cas il diffuse dans le foramen sans qu'une image péridurale soit mise en évidence dans 29% des cas il diffuse dans l'espace périradiculaire au niveau extraforaminal avec alors dans plus de 4 cas sur 10 une migration descendante du pdc le long de la racine rachidienne visée.
le passage épidural lorsque le passage est décrit foraminal seul est sans doute sous estimé l'analyse du passage secondaire apres injection de corticoides étant peu visible et peu réalisé pour limiter l'irradiation.
nous avons comparé avec les 30 dernieres injections foraminales réalisée avec temps vasculaire, le pdc est peridural trans foraminal dans 60% des cas foraminal dans 27% et extraforaminal dans 13% des cas : nous réalisions en fait un abord plus oblique mais dépassant peu ou pas l'entrée du foramen sans le cathéthériser .

un passage vasculaire a été retrouvé 1 fois au cours de la technique postéro antérieur avec un passage veineux extra rachidien soit 1% alors qu'il a été retrouvé dans 13% des cas avec la technique latérale (il a été retrouvé jusqu'à plus de 40% dans les injection intraforaminales).

Conclusion

les infiltrations periradiculaires extraforaminales par voie postéro antérieur permettent dans 71% des cas d'injecter le foramen voir l'espace épidural, ceci suggere que cette voie pourrait donner une efficacité proche de celle des injections intraforaminales (étude en cours)
il n'a pas été retrouvé de passage vasculaire rachidien ou foraminal ce qui suggere que cette voie pourrait être sure par rapport aux accidents neurologiques rapportés.

remonter
44
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM