Poster électronique

Ma.136 - Pas de modification de la rigidité artérielle chez les patients ayant une spondylarthrite ankylosante après 6 mois et 1 an de traitement anti-TNF alpha
S Mathieu (1); B Pereira (1); B Glace (1); M Couderc (1); A Tournadre (1); JJ Dubost (1); M Soubrier (1); - (1) Clermont-Ferrand - France;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 26 fois.
Résumé
Introduction

L’augmentation du risque cardiovasculaire retrouvé dans la spondylarthrite ankylosante (SA) est d’origine multifactorielle : activité de la maladie, inflammation biologique, facteurs de risque cardiovasculaires traditionnels et anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Patients et Méthodes

Cette étude a pour but d’évaluer les effets de 24 et 52 semaines de traitement anti-TNF alpha sur la rigidité artérielle et les facteurs de risque cardiaques chez des patients ayant une SA. La rigidité artérielle est mesurée par l’augmentation index (AIx) et la vitesse de l’onde de pouls (VOP). Les autres facteurs de risque cardiovasculaires (profil lipidique, tension artérielle et indice de masse corporelle) ont également été recueillis chez des patients ayant une SA active relevant d’un traitement anti-TNF alpha.

Résultats

Quarante-neuf patients avec un âge moyen de 46,9 ± 12,1 ans, dont 30 hommes, ont été inclus dans cette étude. Sur les 49 patients, 20 étaient fumeurs (40,8 %), et 10 traités pour hypertension artérielle. Les patients avaient une maladie de longue durée (11,9 ± 9,2 ans) et de forte activité avec un BASDAI initial à 55,0 ± 18,2. Vingt-six patients ont bénéficié d’un traitement par etanercept, 17 par adalimumab et 6 par infliximab.
Aucune modification de l’AIx et de la VOP n’a été constatée après 6 mois et 1 an de traitement par anti-TNF alpha (AIx : 19,5 ± 13,1 % à baseline, 20,2 ± 12,8 à 6 mois, 18,3 ± 13,5 à 1 an, p = 0,87 et VOP : 6,97 ± 2,03 m/s, 6,92 ± 1,81 et 7,10 ± 1,95 respectivement, p = 0.64). Le profil lipidique et les autres facteurs de risque cardiovasculaires n’ont également pas été modifiés. Le BASDAI, le BASFI et l’inflammation biologique ont été significativement améliorés dès le 6ème mois.

Conclusion

La rigidité artérielle n’a pas été améliorée par 6 et 12 mois de traitement anti-TNF alpha chez 49 patients ayant une SA malgré une diminution de l’inflammation biologique et une amélioration de l’activité de la maladie, sans toutefois causer de modification du bilan lipidique et des autres facteurs de risque cardiaque traditionnels.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM