Poster électronique

Ma.151 - Progression radiologique dans l’arthrose digitale (AD) sur 2,6 ans : données de l’essai SEKOIA
E Maheu (1); C Cadet (1); F Berenbaum (1); - (1) Paris - France;
25eme Congrès
Poster
3
1 votes.
Vu 32 fois.
Résumé
Introduction

l’AD est une affection poly-articulaire fréquente. On dispose de peu de données sur sa progression radiologique dans le temps. Celle-ci est d’autant plus difficile à apprécier du fait qu’aucune méthode de cotation radiographique n’a pour le moment prouvé sa supériorité sur les autres.
Objectif : Le but de cette étude était d’évaluer la progression radiologique de l’AD sur 3 ans, appréciée à l’aide de trois méthodes de cotation validées.

Patients et Méthodes

Les données analysées sont issues du groupe placebo d’un essai de structuro-modulation international de phase III, de 3 ans, randomisé, contrôlé versus placebo, destiné à évaluer l’effet du Ranélate de Strontium (RanSr) sur l’évolution radiographique dans la gonarthrose qui a inclus des patients atteints de gonarthrose primitive symptomatique (Gon) (critères de l’ACR), à un stade de Kellgren-Lawrence (KL) II ou III, avec un interligne articulaire (IA) minimum entre 2.5 et 5 mm.
Pendant l’essai des radiographies antéro-postérieures initiales et finales de chaque main ont été réalisées. Les symptômes ont été évalués à chaque visite par la cotation de l’indice fonctionnel pour les arthropathies de la main de Dreiser (FIHOA) (0-30) et de l’Auscan (0-300). Deux lecteurs indépendants ont coté chacun la moitié des paires de radios, en insu du traitement et de la chronologie des clichés, selon 3 méthodes de cotation radiographiques : KL (extrêmes 0-128), score de Kallman (0-204) et score en phases anatomiques de Verbruggen (0-218), avec une bonne reproductibilité inter-lecteur.
L'AD était définie par ≥2 articulations à un stade de KL ≥2 sur la radio initiale.
La progression radiologique de l’AD a été étudiée dans le groupe placebo par 1/ les variations moyennes des scores globaux entre inclusion et radio finale, 2/ le nombre de «progresseurs» (progression définie pour chaque score par une variation > à la plus petite différence détectable (SDD) pour chaque lecteur, et 3/ le nombre de patients ayant au moins une articulation montrant une aggravation d’au moins un stade en KL ou d’une phase anatomique pour le score de Verbruggen.

Résultats

1683 patients ont été inclus dans l’essai SEKOIA. 1371 ayant une radio de mains initiale ont été lus en KL : 999 avaient une AD radiologique à l’entrée (73%).
297 patients du groupe placebo avait des radios initiales et finales. 72% étaient des femmes, d’âge moyen 64±7 ans, indice de masse corporelle 29.5±5 kg/m², et IA initial au genou étudié 3.5±0.8 mm.
La sévérité radiologique initiale de l’AD était modeste : score de KL : 21±13, Kallman : 24±21 et Verbruggen : 13±14. Le score du FIHOA était de 4±5, le score de l’Auscan global de 96+80.
Le délai moyen entre les radios initiales et finales était de 31.5 mois.
La progression radiographique de l’AD sur 2.6 ans a été modeste avec une variation moyenne de 2.4±3.3 pour le score de KL, 3.7±5.3 pour le Kallman et de 2.0±4.0 pour le Verbruggen.
Les nombres (%) de «progresseurs» étaient respectivement de 7 (2%), 17 (6%), and 21 (7%).
Les nombres (%) de patients avec au moins une articulation détériorée étaient 169 (57%) selon le score de KL et 139 (47%) pour le Verbruggen, avec en moyenne respectivement 2.0±1.3 et 1.7±1.1 articulations aggravées.

Conclusion

Quelle que soit la méthode de cotation radiographique considérée, et le type d’analyse effectuée, la progression radiographique de l’AD sur 2.6 ans chez des patients ayant une arthrose radiologique initiale modérée est faible.
Pour les futurs essais de structuro-modulation dans l’AD, l’analyse du nombre de patients ayant au moins une articulation dégradée pourrait être la méthode d’évaluation la plus sensible.

remonter
62
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM