Poster électronique

Lu.44 - Sacro-iliite infectieuse en milieu hospitalier à Lomé (Togo)
O Oniankitan (1); KC Tagbor (1); K Kakpovi (1); E Fianyo (1); P Houzou (1); VE Koffi-Tessio (1); M Mijiyawa (1); - (1) Lomé - Togo;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 33 fois.
Résumé
Objectif

Déterminer la fréquence et le profil sémiologique de la sacro-iliite infectieuse en consultation rhumatologique à Lomé (Togo).

Patients et Méthodes

Il s’est agi de l’étude d’une série de cas menée sur 21 ans et portant sur les dossiers des patients vus en consultation rhumatologique pour sacro-iliite infectieuse. Le diagnostic positif de sacro-iliite infectieuse a été essentiellement radioclinique et le diagnostic étiologique a reposé sur l’isolement d’un germe, et/ou la mise en évidence de lésions histologiques caractéristiques.

Résultats

Des 19000 rhumatisants examinés, 359 souffraient d’une arthrite infectieuse dont 18 cas de localisation sacro-iliaque. Les 18 patients (sept hommes, onze femmes) avaient un âge moyen de 34,2 ± 13,5 ans et une durée moyenne d’évolution de 22,1 ± 41,9 jours. Le début a été brutal chez 14 patients et progressif chez les quatre autres patients. La sacro-iliite était unilatérale chez 17 patients (gauche : neuf cas ; droite : huit cas) et bilatérale chez une patiente. La douleur inflammatoire chez 16 patients et mécanique chez les deux autres, a irradié à la cuisse chez 14 patients. Une fièvre était observée chez 16 patients et un amaigrissement chez 11 patients. La porte d’entrée infectieuse a été retrouvée chez 15 patients dont génito-urinaire chez 7 patients (cinq cas d’accouchement récent) et rachidien lombaire chez trois patients. Une boiterie était observée chez 12 patients. Un syndrome inflammatoire biologique était présent chez 13 patients avec une vitesse de sédimentation globulaire moyenne de 78,8 mm à la première heure. Le staphylocoque aureus a été isolé chez 16 patients et le Bacille de Koch chez les deux autres. Des 12 patients objets de sérologie rétrovirale, quatre étaient porteurs d’une infection rétrovirale. L’évolution a été favorable après antibiothérapie chez tous les patients.

Conclusion

Il ressort de cette étude que la sacro-illite infectieuse ne semble pas revêtir de particularité sémiologique.

remonter
45
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM