Poster électronique

Me.14 - Association maladie de Takayasu et spondylarthrite ankylosante
J Fahmi (1); S Guignard (1); P Claudepierre (1); X Chevalier (1); - (1) Créteil - France;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 43 fois.
Résumé
Introduction

La maladie de Takayasu est une artérite inflammatoire des artères de moyen et de gros calibre. Son association avec la maladie de Crohn a été bien établie, alors son lien avec la spondylarthrite ankylosante (SPA) a été décrite mais reste rare. En voici deux nouvelles descriptions.

Résultats

Patiente n°1 :
Une femme de 41 ans présentant une SPA B27 positive, avec sacro-iliite bilatérale, était traitée par étanercept. Sous traitement, apparaissent des vertiges et une perte de connaissance. Il existait une cyanose et une froideur des doigts à gauche, une abolition du pouls radial et un souffle sous-clavier homolatéral. La VS était à 59 mm et la CRP à 26,7 mg/l. L’écho-doppler retrouvait un thrombus de l’artère radiale gauche, une sténose artérielle pré-vertébrale gauche avec vol vertébral intermittent expliquant les symptômes neurologiques. L’angio-scanner montrait une sténose de 50 % du tronc artériel brachio-céphalique, de la sous-clavière gauche et de la mésentérique supérieure sans athérome. Une corticothérapie orale (1 mg/kg/j) était débutée avec du méthotrexate (15 mg par semaine) et une anti-coagulation efficace par Préviscan®. L’évolution après 3 mois de traitement était favorable avec la régression du syndrome inflammatoire et la disparition des troubles trophiques. La persistance de vertiges invalidants conduit cependant à réaliser une revascularisation par angioplastie de la sous-clavière gauche.
Patiente n° 2 :
Une femme de 62 ans consultait pour une polyarthrite récente, associée à des pigalgies d’horaire inflammatoire. Elle était traitée depuis 5 ans par aspirine pour une sténose bilatérale des fémorales superficielles étendue responsable d’une claudication à 100 m. Il existait un souffle sous clavier et axillaire gauche. La VS était à 88 mm à la première heure, la CRP à 60 mg/l. La ponction de genou ramenait 26 000 éléments. Le scanner des sacro-iliaques montrait une sacroiliite bilatérale. La biopsie de l’artère temporale ne montrait pas d’argument pour un Horton. Le PET-TDM trouvait une aortite et l’angioscanner confirmait la sténose étendue des fémorales superficielles, associée à un anévrisme de 5 mm à droite. L’échographie un épaississement pariétal de la sous clavière gauche sans athérome. Une corticothérapie à 0.7 mg/kg était débutée, associée à du méthotrexate (15 mg par semaine) avec disparition des symptômes rhumatologiques et de la claudication.

Discussion

Le diagnostic de Takayasu est porté sur le terrain (femme) et la présence de 3 critères sur 6 exigés par l’American College of Rhumatology. Des lésions vasculaires touchant l’aorte de façon focale mais pouvant parfois s’étendre aux autres segments ont été décrites au cours des spondylarthrites mais ces atteintes restent bien distinctes de celles du Takayasu. Seuls quelques cas (n = 15) d’authentiques associations Takayasu et spondylarthrite ont été rapportés. Pour la première patiente, pose également la question d’une vascularite induite par les anti-TNF, les premières manifestations de la maladie étant survenues sous étanercept, mais ceux-ci touchent en règle générale les artères de petit et moyen calibre.

Conclusion

L’association Takayashu-SPA est rare, mais elle suggère l’existence de mécanismes pathologiques communs à ces deux maladies.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM